Acceuil / Citation

Citations de : Edward Bunker

A trop délirer sur l’extérieur, sans raison, le prisonnier devient fou à lier.

La Bête contre les Murs (1992)

Il n’existe pas de vengeance qui ne soit vengeance d’homme.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Les temps durs font les gens durs.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Le désespoir aveugle le jugement.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Les choses les plus tristes sont souvent les plus drôles.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Un homme peut peut-être accepter la vérité sans pour autant l’aimer.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Faire courir des risques inutiles à sa propre existence est un signe d’immaturité.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

L’angoisse ne peut naître d’espérances anéanties lorsqu’il n’y a pas d’espérances.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Une suspicion de tous les instants est une garantie de survie.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Ce que l’on mérite et ce que l’on obtient sont souvent deux choses tout à fait différentes.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Personne n’est plus résolu dans ses obsessions qu’un camé qui va se faire un fixe.

La Bête au ventre (1995)

Les amis, c’est fait pour qu’on s’en serve, mais à bon escient, et tout le monde s’en trouve plus fort. Personne ne peut tenir tout seul.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)

Mais de véritables parents peuvent avoir leur favori, même s’ils n’affichent pas leur préférence.

La Bête au ventre (1995)

Je ne pose pas de questions parce que je ne veux pas entendre de mensonges.

La Bête contre les Murs (1992)

Les vagabonds ne possèdent rien.

La Bête au ventre (1995)

La prison est une usine qui fabrique des animaux humains.

La Bête contre les Murs (1992)

L’espoir peut s’avérer de toute éternité et rejaillir sans cesse, mais il lui faut une idée pour se nourrir.

La Bête contre les Murs (1992)

La paranoïa est une caractéristique essentielle du criminel.

La Bête contre les Murs (1992)

Tout ce que possède un homme en prison, c’est son nom parmi ses pairs.

La Bête contre les Murs (1992)

Après quelques années passées en prison, on se trouve aussi oublié du monde qu’un homme sous terre dans son cercueil.

La Bête contre les Murs (1992)

Peut-être est-il impossible à quiconque de dire la vérité.

Aucune Bête aussi Féroce (1991)