Acceuil / Citation

Citations de : Edmond de Goncourt

Chaque feuille d’arbre est revêtue d’une autre feuille de glace; si bien que lorsque vous voulez relever un arbuste, écrasé sous le poids de ce cristal, il sonne comme un lustre, et à vos pieds toute cette flore de verglas fait un bruit de verre cassé.

Journal, 12 décembre 1870

Enfin Gianni triomphait de la difficulté de jongler avec trois objets de pesanteur différente, un boulet, une bouteille, un oeuf: tour qu’il terminait en recevant l’oeuf dans le cul de la bouteille.

Les Frères Zemganno (1879)

Pour gommeux, l’on prétend que c’est l’appellation de mépris que les femmes donnent, dans les cabarets de barrière, à ceux qui mettent de la gomme dans leur absinthe, à ceux qui ne sont pas de vrais hommes…

Journal, 16 mars 1875

Je pensais au somptueux et abominable mobilier de Ponson du Terrail, que j’avais vu déménager ce matin de la rue Vivienne, par suite du décès de ce gagneur de 70 000 francs par an.

Journal, 12 février 1871

Tout le monde jouissait de la belle soirée stridente du chant des cigales, frissonante du friselis de la feuillée parmi les cimes des hauts peupliers.

Les Frères Zemganno (1879)

Des yeux aux paupières lourdes, un nez tourné à la friandise, une bouche sensuelle: ainsi se montre la petite fille de Mme de Sévigné.

La Maison d'un artiste (1881)

Ces tableaux qui se croyaient attachés aux murs du Louvre pour l’éternité et qui ne sont plus que des colis, protégés contre les aventures du déplacement et du voyage par le mot fragile.

Journal, 2 septembre 1870

Ce ne sera pas une histoire, ce sera un fouillis.

Journal, 21 juillet 1891

Cette eau morne aux lueurs saumonées, trémolantes sur la fluctuation lente du fleuve.

Journal, 24 mars 1891

Des orateurs parlent, avec des cuirs et des larmes dans leurs voix enrouées, de l’exploitation de l’ouvrier.

Journal, 30 avril 1871

Les engouffrements du vent ployaient le bouquet d’épines sur ma tête.

Journal, 21 septembre 1871

Elisa, était enfin habillée en détenue, avec sur le bras le double numéro de son écrou et de son linge.

La Fille Elisa (1877)

Nous sommes maintenant une petite société, un échantillonnage à peu près complet du monde de l’intelligence.

Charles Demailly

Un modèle qu’il fait poser, lui a confié qu’à treize ans, elle avait perdu sa grand’mère, qu’on l’avait fait monter dans l’unique voiture de deuil avec un vieux parent, et que ce vieux parent l’avait dévirginisée, dans le trajet au cimetière.

Journal, 13 avril 1881

Nittis a chez lui des vues de Paris, enlevées au pastel, qui m’enchantent. C’est l’air brouillardeux de Paris, c’est le gris de son pavé, c’est la silhouette diffuse du passant.

Journal, 23 février 1878

Des pêcheurs improvisés débitent, à 2 francs pièce, des brochetons gros comme des goujons, pêchés on ne sait où.

Journal, 30 octobre 1870

La barque du prince était suivie de batelets, où était la fine fleur des femmes de la haute société orléaniste.

Journal, 1890

On a calculé qu’avec l’aurification des dents, générale chez tout le monde aux Etats-Unis, il y avait 750 millions d’or dans les cimetières.

Journal, 3 octobre 1890

Au premier… Monsieur veut-il l’ascenseur? me jette le concierge.

Journal, 18 décembre 1886

Je ferais tirer une centaine d’épreuves sur papier collé et je m’amuserais à les aquareller de toutes les colorations qui se lèvent des brumes aqueuses de la Seine.

Journal, 24 février 1874

Mon pauvre et cher frère … qui n’a pas repris connaissance depuis jeudi à deux heures de l’après-midi. J’écoute l’anhélance de sa respiration.

Journal, 18 juin 1870

Il y a chez moi une aversion telle de la politique qu’aujourd’hui, où c’est vraiment un devoir de voter, je m’abstiens.

Journal, 11 octobre 1877

Maintenant quand Gianni jonglait, il prenait Nello sur ses épaules, et cette superposition de deux jongleurs n’en faisant qu’un, amenait dans le voltigement des boules, des jeux bizarres et inattendus.

Les Frères Zemganno (1879)

Au fond, les financiers ne sont que des voleurs, mais des voleurs qui ont acheté près du gouvernement le droit de voler.

Journal, 24 mars 1890

Aujourd’hui, il y a encore des versificateurs, mais plus de poètes, car toute l’invention, toute la création, toute l’imagination du temps présent est dans la prose.

Journal, 21 avril 1888