Acceuil / Citation

Citations de : Claudie Gallay

L’enfance ne se capture pas. Elle est dans l’enfant et elle meurt quand l’enfant grandit. Il faudrait empêcher l’enfant de grandir. La folie fait parfois cela.

Dans l'or du temps (2006)

L’encombrement des greniers ressemble parfois à celui des mémoires.

Les Déferlantes (2008)

Les destin fait cela parfois. Il emporte. C’est comme cela. Sans issue. Des départs comme des massacres. Ceux qui restent pleurent. Ils s’en veulent.

L'Amour est une île (2010)

L’amour est une île, quand on part on ne revient pas.

L'Amour est une île (2010)

Le bonheur ça ne dure pas, c’est pour ça que c’est du bonheur.

Mon amour, ma vie (2002)

Avant est un pays magique.

L'Amour est une île (2010)

Savoir et croire qu’on ne sait pas, c’est le comble du mérite. Ne pas savoir et croire que l’on sait, c’est la maladie des hommes.

Dans l'or du temps (2006)

Il y a des jours, on est si heureux, on devrait en faire des jours fériés.

L'Amour est une île (2010)

La tension entre les êtres, quoiqu’on fasse, c’est inéluctable.

Dans l'or du temps (2006)

Il y a toujours mille raisons pour s’enfermer. Sortir est beaucoup plus difficile.

Les Déferlantes (2008)

A deux, l’espace change. Le silence n’est plus du silence même si l’autre se tait.

Les Déferlantes (2008)

Il est des êtres dont c’est le destin de se croiser. Où qu’ils soient. Où qu’ils aillent. Un jour ils se rencontrent.

Seule Venise (2004)

Il faut laisser la porte ouverte. La porte de l’intuition. Pour que tout circule. Entre puis sorte. C’est ainsi que doit se faire la relation entre toutes les choses.

Dans l'or du temps (2006)

Les vents qui soufflent les jours de tempête sont comme des tourbillons de damnés. On dit qu’ils sont des âmes mauvaises qui s’engouffrent à l’intérieur des maisons pour y prendre ce qu’on leur doit. On, c’est-à-dire ceux qui restent, les vivants.

Les Déferlantes (2008)

Il faut que les gens meurent pour comprendre à quel point on les aime. Il faut cela. On cesse alors d’attendre d’eux et les choses deviennent plus faciles.

Seule Venise (2004)

L’amour est la chose la plus brutale qui soit. Tellement soudaine. Il faudrait pouvoir s’en protéger, n’est-ce pas?

Seule Venise (2004)

Il est des êtres dont c’est le destin de se rencontrer. Où qu’il soient. Où qu’ils aillent. Un jour ils se rencontrent.

Seule Venise (2004)

Il y a deux façons de mourir. La première et puis cette autre qui vient quand plus personne ne parle de vous… Celle-là est sans doute la plus insupportable.

Dans l'or du temps (2006)

Le vent ne siffle que lorsqu’il rencontre quelque chose. Un obstacle. Il ne siffle jamais sur la mer. L’espace le laisse silencieux.

Les Déferlantes (2008)

Chaque vin que vous buvez doit vous rappeler un vin déjà bu, un parfum, une terre. De même que chaque chose que vous apprenez doit se rattacher à quelque chose que vous savez déjà. C’est ainsi que le savoir se construit.

Seule Venise (2004)

L’amour est la chose la plus brutale qui soit. Tellement soudaine. Il faudrait pouvoir s’en protéger.

Seule Venise (2004)

Les femmes commencent à mourir bien avant d’être mortes. Dès qu’elle commencent à vieillir, qu’on ne les désire plus. C’est cela la première mort.

Dans l'or du temps (2006)

Il y a deux façons de mourir. La première, et puis cette autre qui vient quand plus personne ne parle de vous. … Celle-là est sans doute la plus insupportable.

Dans l'or du temps (2006)

Les chats, quand ils rêvent, c’est tout leur corps qui chasse.

Dans l'or du temps (2006)

Il suffit de prononcer le nom, vous n’entendez pas? D’ans l’Océan, on sent la violence, le sel! On voit les phares. … Toute l’importance des phares les jours de tempête.

Dans l'or du temps (2006)

On a beau faire, s’apitoyer, compatir, essayer de comprendre, on ne peut jamais vraiment ressentir la douleur qu’éprouve l’autre, ni dans sa tête ni dans son corps… Et sans doute que c’est mieux ainsi.

Une part de ciel (2013)

Il n’y a que cela, la vie, la mort, l’inévitable ! Et l’utopie, c’est ce qu’il reste à inventer pour tenter de s’en sortir.

L'Amour est une île (2010)

Il faut que les gens meurent pour comprendre à quel point on les aime. On cesse alors d’attendre d’eux et les choses deviennent plus faciles.

Seule Venise (2004)

Ici, comme ailleurs, c’est l’ennui qui fait devenir salaud.

Une part de ciel (2013)

Il faut apprendre à se pardonner, alors seulement on peut vivre mieux.

Seule Venise (2004)

Vous parlez sans savoir… Il faudrait penser à donner un peu d’épaisseur à votre vie.

Dans l'or du temps (2006)

Les vieillards hopi sont semblables à ces arbres décharnés qui poussent sur les bords asséchés des rivières. Plus vivants. Pas encore morts.

Dans l'or du temps (2006)

J’aurais voulu mourir étouffée et qu’on m’enterre avec toi.

Les Déferlantes (2008)

Je pense à vous. Le mariage n’a rien à voir avec l’amour. L’amour est ailleurs. Brutal. Insensé. Hors de toute logique.

Seule Venise (2004)

Depuis des mois, ils apprennent à être des funambules. Rester maître de soi et pourtant lâcher prise, c’est sur ce fil-là qu’ils vont devoir marcher.

L'Amour est une île (2010)

J’aimerais recommencer notre histoire… mais je sais que recommencer est impossible.

L'Amour est une île (2010)

Elle m’a condamnée à ça, imiter ce que je sais faire, revenir toujours au même lieu et le fuir dès que je le retrouve.

Une part de ciel (2013)

Il disait qu’il y avait là-bas de la neige, parfois dans de telles épaisseurs qu’il avait l’impression d’un enfouissement. Il aimait ça. Il aimait aussi prendre les trains, peu importe la destination, trainer dans les gares et regarder vivre les gens.

Les Déferlantes (2008)

Personne n’a étudié la douleur des humains quand ils sont ferrés du ventre. Cette impression de brûler, de se vider tout en restant vivant.

Seule Venise (2004)

Le chien, son plaisir, c’est de poser son museau entre ses cuisses et de renifler tout ce qui remonte. Le vieux le laisse faire, c’est une entente entre eux.

L'Office des vivants (2001)

Les mariages, c’est quand même pas triste comme les trous de tombes mais ça fait pleurer tout autant.

Les Déferlantes (2008)

En tout être humain, il y a un lac, a dit ma mère, une tristesse liquide que les oignons aident à vider.

Une part de ciel (2013)

Les questions, les réponses, ce complexe tricotage de mensonges et de vérités. Les choses dites en décalé, celles dites seulement en partie et celles qui ne le seront jamais. Toutes les teintes en contre-jour.

Les Déferlantes (2008)

Quand on fait quelque chose, il faut comprendre pourquoi on le fait. C’est une question de liberté.

Les Années cerises (2004)

Elle ne sait pas où tout ça la mène. Ca, la vie, grandir. Elle ne sait pas ce qu’il y a devant, dans ce temps qu’on appelle avenir et qui est aussi demain. Que peut-elle faire de tout ce temps ?

L'Amour est une île (2010)

Les blancs repondent que l’homme est un mouton et que Dieu est le berger de tous. Ils veulent remplacer les dieux des Hopi par ce dieu-la. Quoyeteva éclate de rire. Il sait ce que les bergers font aux moutons.

Dans l'or du temps (2006)

Les falaises, c’était mes chemins de solitude. Je ne savais plus marcher à deux.

Les Déferlantes (2008)

Même leurs voix, j’ai oublié. Avant, quand je regardais leur photo, je me souvenais. Je les revoyais comme avant, quand ils étaient vivants. Maintenant, je les revois plus, j’ai l’impression qu’ils sont morts encore une fois.

Les Déferlantes (2008)

Sur chaque jour que la vie nous donne, il faudrait prendre quelques minutes et se demander quelle chose belle on a faite… Ou quelle chose juste…

Une part de ciel (2013)

L’envie, c’est rien que du poison, une pelle pour creuser ta tombe et te mettre la terre par-dessus.

Une part de ciel (2013)

Pourquoi faut-il que les dates aient tellement d’importance ?

Seule Venise (2004)

C’est ce qui rend vivant. Aimer malgré tout. Sans rien attendre.

Mon amour, ma vie (2002)