Acceuil / Citation

Citations de : Claude Bernard

C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Dans les sciences expérimentales, la mesure des phénomènes est un point fondamental, puisque c’est par la détermination quantitative d’un effet relativement à une cause donnée que la loi des phénomènes peut être établie.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Pour l’expérimentateur physiologiste, il ne saurait y avoir ni spiritualisme ni matérialisme. Ces mots appartiennent à une philosophie naturelle qui a vieilli, ils tomberont en désuétude par le progrès même de la science.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

La loi nous donne le rapport numérique de l’effet à sa cause, et c’est là le but auquel s’arrête la science.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

L’investigation, tantôt simple, tantôt armée et perfectionnée, est donc destinée à nous faire découvrir et constater les phénomènes plus ou moins cachés qui nous entourent.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Les idées expérimentales ne sont point innées. Elles ne surgissent point spontanément, il leur faut une occasion ou un excitant extérieur, comme cela a lieu dans toutes les fonctions physiologiques.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Quand l’expérience infirme l’idée préconçue, l’expérimentateur doit rejeter ou modifier son idée.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

D’un autre côté, tous les phénomènes d’un corps vivant sont dans une harmonie réciproque telle, qu’il paraît impossible de séparer une partie de l’organisme sans amener immédiatement un trouble dans tout l’ensemble.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Les sorciers, les somnambules, les guérisseurs en vertu d’un don du ciel, sont écoutés à l’égal des médecins.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Enfin ceux qui généralisent ne pourront faire des théories durables qu’autant qu’ils connaîtront par eux-mêmes tous les détails scientifiques que ces théories sont destinées à représenter.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Le cerveau peut être considéré comme une glande.

Cahier de notes (1965)

Il faut donc nécessairement, après avoir disséqué sur le mort, disséquer sur le vif, pour mettre à découvert et voir fonctionner les parties intérieures ou cachées de l’organisme; c’est à ces sortes d’opérations qu’on donne le nom de vivisections.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

La vie n’est rien qu’un mot qui veut dire ignorance, et quand nous qualifions un phénomène de vital, cela équivaut à dire que c’est un phénomène dont nous ignorons la cause.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Quand l’hypothèse est soumise à la méthode expérimentale, elle devient une théorie; tandis que si elle est soumise à la logique seule, elle devient un système.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

L’essence des choses devant nous rester toujours ignorée, nous ne pouvons connaître que les relations de ces choses, et les phénomènes ne sont que des résultats de ces relations.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Je pense qu’il n’y a pour l’esprit qu’une seule manière de raisonner, comme il n’y a pour le corps qu’une seule manière de marcher.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

La nature de notre esprit nous porte à chercher l’essence ou le pourquoi des choses.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Nous définirons donc la physiologie: la science qui a pour objet d’étudier les phénomènes des êtres vivants et de déterminer les conditions matérielles de leur manifestation.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Le génie de Cuvier a développé ces vues et en a tiré une science nouvelle, la paléontologie, qui reconstruit un animal entier d’après un fragment de son squelette.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

L’esprit n’a en lui-même que le sentiment d’une relation nécessaire dans les choses, mais il ne peut connaître la forme de cette relation que par l’expérience.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

S’il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

L’observation est l’investigation d’un phénomène naturel, et l’expérience est l’investigation d’un phénomène modifié par l’investigateur.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

L’esprit de l’observateur doit être passif, c’est à dire se taire.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Il ne suffit pas de dire: Je me suis trompé; il faut dire comment on s’est trompé.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

… le terrain fétide et palpitant de la vie.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

L’empirisme n’est point la négation de la science expérimentale comme semblent le croire certains médecins, ce n’en est que le premier état.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Chez les êtres vivants aussi bien que dans les corps bruts les conditions d’existence de tout phénomène sont déterminées d’une manière absolue.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Quand l’expérimentateur déduira des rapports simples de phénomènes précis et d’après des principes connus et établis, le raisonnement se développera d’une façon certaine et nécessaire.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)

Quoique notre esprit ne puisse pas comprendre en soi le rapport de causalité qui existe entre les phénomènes et la matière, la science exige que nous admettions la nécessité d’un déterminisme dans cette causalité.

Principes de médecine expérimentale (1947)

Il faut admettre tout comme possible, mais il faut tout vérifier.

Si l’on considérait une théorie comme parfaite et si l’on cessait de la vérifier par l’expérience scientifique, elle deviendrait une doctrine.

A la source de toute connaissance, il y a une idée, une pensée, puis l’expérience vient confirmer l’idée.

Quand le fait qu’on rencontre ne s’accorde pas avec une théorie régnante il faut accepter le fait et abandonner la théorie.

Une condition essentielle de l’hypothèse (scientifique) c’est qu’elle soit aussi probable que possible.

Un fait n’est rien par lui-même, il ne vaut que par l’idée qui s’y rattache ou par la preuve qu’il fournit.

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865)