Acceuil / Citation

Citations de : Cicéron

L’âme n’a pas le pouvoir de se voir elle-même mais, tout comme l’oeil, bien qu’elle ne se voie pas, elle saisit le monde extérieur.

1re Tusculane, Devant la mort

… il faut beaucoup de force de caractère pour détacher son esprit des sens et dégager sa réflexion des idées reçues.

1re Tusculane, Devant la mort

… personne n’accepterait de mourir pour sa patrie sans un puissant espoir d’immortalité!

1re Tusculane, Devant la mort

Les arts ont besoin de témoignages de considération; la soif de reconnaissance donne à tous de l’ardeur au travail alors qu’on abandonne vite une activité qui ne rencontre pas l’adhésion.

1re Tusculane, Devant la mort

Un seul homme, en temporisant, a rétabli notre situation.

De la vieillesse, IV, 10

Un ami sûr se révèle dans l’adversité.

De l'amitié, XVII, 64

Tu perds ta peine, douleur; si importune que tu sois, je n’avouerai jamais que tu sois un mal.

Tusculanes, II, 25

Quelle époque! Quelles moeurs!

Catilinaires, I, 1

La fontaine elle-même dit qu’elle a soif.

Ad Quintum fratrem, III, 1, 4

Deux augures ne peuvent se regarder sans rire.

De divinatione, II, 24

La vie des morts consiste à survivre dans l’esprit des vivants.

Les hommes diffèrent par le savoir, mais sont tous égaux par leur aptitude au savoir, il n’est pas de race qui, guidée par la raison ne puisse parvenir à la vérité.

Ce qui ne peut pas se produire ne s’est jamais produit et ce qui peut se produire n’est pas un miracle.

Il me semble que les chefs doivent tout rapporter à ce principe: ceux qu’ils ont à gouverner devront être aussi heureux que possible.

Lettre à un gouverneur d'Asie.

C’est le propre de l’homme de se tromper; seul l’insensé persiste dans son erreur.

Le destin qui s’applique à tous peut-il être néfaste à un seul?

1re Tusculane, Devant la mort

On envisage la mort avec sérénité si, au moment de mourir, on peut être fier de sa vie. Une vie qui s’est entièrement vouée à la pratique de la vertu n’est jamais trop courte.

1re Tusculane, Devant la mort

Aristote va jusqu’à dire que les esprits particulièrement vifs sont tous angoissés (je ne suis pas fâché d’être moi-même un peu lent) …

1re Tusculane, Devant la mort

Que les dieux détournent ce présage!

Philippiques, III, 35

Que les armes le cèdent à la toge!

Des devoirs, I, 22, 77

Que chacun s’exerce dans l’art qu’il connaît.

Tusculanes, I, 18

Qu’est-ce que «longtemps» pour une vie d’homme?

De la vieillesse, XIX, 69

Partout où l’on est bien, là est la patrie.

Tusculanes, V, 37

On voit qu’un ami est sûr quand notre situation ne l’est pas.

Nous tenons un accusé qui avoue.

Pro Ligario, I, 2

Nous sommes esclaves des lois pour pouvoir être libres.

Les égaux s’assemblent volontiers avec leurs égaux.

De la vieillesse, III, 7

Le repos dans l’honneur.

Des orateurs, I, 1, 1

Jusques à quand abuseras-tu de notre patience, Catilina?

Catilinaires

Je ne veux pas mourir, mais je tiens pour rien le fait d’être mort.

Tusculanes, I, 8

Ils sont sages trop tard.

Lettre à des familliers, VII, 16

Comble du droit, comble de l’injustice.

Des devoirs, I, 10, 33

Chacun trouve ses propres oeuvres belles.

Tusculanes, V, 22

Celui qui commande bien, a nécessairement obéi quelque temps, et celui qui a la sagesse de l’obéissance paraît digne de commander un jour.

Des lois, III

La mort n’est pas une fin qui détruit, qui anéantit, mais plutôt une transmigration, un changement de vie, un guide qui appelle au ciel les hommes et les femmes célèbres, tandis que le vulgaire demeure attaché à la terre tout en continuant d’exister.

Tusculanes

Il nous a été conservé d’entretiens où nous apprenons, à n’en pouvoir douter, que Socrate estimait qu’on ne peut rien savoir. Il exceptait ceci : je sais que je ne sais rien. Rien de plus.

Premières académiques

Gardez-vous bien de prolonger vos plaintes, car, ainsi que l’a dit le rhéteur Apollonius, rien ne sèche plus vite que les larmes.

l'Invention oratoire, I, LV

C’est un pourceau qui en remontre à Minerve.

Lettre à des familiers, IX, 18, 3

Qu’est-ce que «longtemps» pour l’homme ?

Cato Maior de senectute (44 av. J.-C.), XIX, 69

Un homme en temporisant a rétabli notre situation.

Cato Maior de senectute (44 av. J.-C.), IV, 10

Suivant un vieux proverbe, les égaux se rassemblent volontiers avec leurs égaux.

Cato Maior de senectute (44 av. J.-C.), III, 7

Ce qu’il n’est pas honteux de faire, pourvu que ce soit en secret, il est obscène de le dire. Il y a donc autant d’impudence de faire ces choses publiquement, que d’obscénité à en parler.

De Officiis (44 av. J.-C.)

C’est une démence d’appeler la tempête quand on est dans le calme, comme il est de la sagesse de faire tête à l’orage quand il arrive.

De Officiis (44 av. J.-C.)

Il n’est point de conjoncture où l’on puisse se dispenser d’être juste.

De Officiis (44 av. J.-C.)

Comme nous avons à vivre non avec des êtres parfaits et souverainement sages, mais avec des hommes qui sont encore estimables s’ils ont quelque vertu, je pense que ceux en qui on en voit quelque trace ne doivent pas être entièrement négligés.

De Officiis (44 av. J.-C.)

Tout ce qui tient à la bonne foi doit se régler par l’intention et non par les paroles.

De Officiis (44 av. J.-C.)

Mais, en général, la plupart des hommes ne se portent à commettre l’injustice que pour obtenir les choses qu’ils convoitent. Dès lors, la cupidité est la plus grande source de l’injustice.

De Officiis (44 av. J.-C.)

Quelle époque ! Quels moeurs !

Catilinaires (63 av. J.-C.)

Jusques à quand donc, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?

Catilinaires (63 av. J.-C.)

Donc la justice n’attend ni récompense ni salaire. C’est pour elle-même qu’on la recherche. Et toutes les vertus ont une raison d’être semblable, de toutes il faut juger de même.

Des lois, I

Le lit d’un célibataire est le plus confortable.

Lettre à Atticus

On connaît ce mot de Caton l’Ancien : De méchants ennemis rendent parfois plus de services que d’agréables amis; les uns disent souvent la vérité, les autres jamais.

De amicilia, XXIV, 90

Ce en quoi réside l’essence même de l’amitié, un complet accord dans les volontés, les goûts, les opinions.

De amicilia, V, 15

Le visage est le miroir de l’âme.

De Oratore, III, 22

Un repos dans l’honneur.

De Oratore, I, 1, 1

Que les Dieux causent ta perte !

Pro rege Dejotaro, XXI

Chacun trouve beau ce qu’il sait.

Tusculanes, V, 22, 63

L’honneur nourrit les arts.

Tusculanes, I, 2

Heureux jeune homme d’avoir trouvé Homère comme héraut de ta gloire !

Pro Archias (62 av. J.-C.), X, 24

Bienheureuse la ville qui a reçu cet homme en son sein, bien ingrate si elle l’a chassé, bien misérable si elle l’a perdu !

Pro Milone (52 av. J.-C.), 105

Jusqu’à quand abuseras-tu de notre patience, Catilina ?

Catilinaires (63 av. J.-C.), I

Pour moi c’est ravir au monde le soleil que d’ôter de la vie d’amitié.

L’amitié dure davantage entre des égaux.

La philosophie n’est rien d’autre que l’amour de la sagesse.

Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut.

L’arbre est deux fois plus utile que les fruits.

Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.

On doit tout faire, et même un peu plus, pour éviter les procès, car il est non seulement bon, mais encore parfois profitable de se relâcher un peu de ses droits.

De officiis II, XVIII

Tout ce qui est selon la nature est digne d’estime.

De Finibus

La dilatation de l’âme dans la joie n’est pas moins blâmable que sa contradiction dans la douleur.

Tusculanes, IV, 31

Ce n’est pas par les revenus de chacun, mais par son train de vie qu’il faut évaluer sa fortune.

Paradoxes

La culture de l’âme, c’est la philosophie: c’est elle qui extirpe radicalement les vices, met les âmes en état de recevoir les semences, leur confie et, pour ainsi dire, sème ce qui, une fois développé, jettera la plus abondante des récoltes.

Tusculanes, II, 13

Ainsi la sagesse est la santé de l’âme, et l’absence de la sagesse en est comme la maladie, que nous appelons insanie, ou démence.

Questions Tuscunanes, III

Une bibliothèque et un jardin, vous avez tout.

Lettre

A l’heure de la mort, c’est une ressource bien consolante, que le souvenir d’une belle vie. En quelque temps que meure un homme qui a toujours fait tout le bien qu’il a pu, il n’a point à se plaindre de n’avoir pas vécu assez.

Pensées

Nul n’est si vieux qu’il ne croie pouvoir vivre un an de plus.

Cato Maior de senectute, XXIV

C’est un procédé qui ne manque pas d’adresse et qui est même spirituel, en discutant sur la sagesse, que de se la refuser à soi-même et de l’attribuer à ceux qui s’en piquent illusoirement.

Brutus (46 av. J.-C.), 292

L’histoire, ce témoin des siècles, cette lumière de la vérité, cette vie de la mémoire, cette maîtresse de la vie.

Ignorer les événements qui se sont passés avant votre naissance, c’est rester toujours enfant.

Il n’est pas dans l’amitié de peste comparable à l’adulation, la flatterie, la basse complaisance.

Laelius de amicitia (sur l'amitié) (44)

L’amitié donne son lustre à la prospérité, et soulage en partageant les fardeaux de l’adversité.

Platon … l’Homère des philosophes.

1re Tusculane, Devant la mort

Que philosopher, c’est apprendre à mourir.

1re Tusculane, Devant la mort

Qu’est-ce que longtemps pour une vie d’homme ?

De la vieillesse, XIX, 69

L’avarice chez un vieillard n’a pas de sens : peut-on imaginer rien de plus absurde que d’augmenter les provisions de voyage à mesure qu’il reste moins de chemin à faire ?

De la vieillesse

Dans nos moeurs, un beau-père ne se baigne point avec son gendre, ni un père avec son fils, dès qu’il est sorti de l’enfance. On ne saurait assez se conformer à ces règles de pudeur, surtout lorsque c’est la nature qui les a faites.

De Officiis (44 av. J.-C.)

La volupté, qui est honteuse à tous les âges, est une turpitude pour la vieillesse.

De Officiis (44 av. J.-C.)

N’écoutons pas ceux qui veulent donner à la vertu la dureté du fer : dans bien des circonstances, dans l’amitié surtout, elle est tendre, elle s’affecte aisément ; le bonheur d’un ami doit dilater votre coeur, ses maux doivent le resserrer.

De amicitia (44 av. J.-C.)

L’amitié nous est donnée par la nature, non pour favoriser le vice, mais pour aider la vertu.

De amicitia (44 av. J.-C.)

Les êtres ne tendent pas naturellement au plaisir, mais à la conservation de l’être.

De Finibus, II, 11

Ceux qui savent raisonner ne s’attachent pas à ce qu’on dit, ils examinent ce qu’on doit dire.

Tusculanes, V, 9

Puisque tout le cours des choses est soumis au destin, il faut ajouter que, si quelque mortel était capable de saisir par l’esprit l’enchaînement des causes, il ne se tromperait jamais.

De divinatione (44 av. J.-C.)

Partout où je suis bien, j’y trouve ma patrie.

Tusculanes, V, 37

Il en est des hommes comme des vins, l’âge n’aigrit jamais les bons.

Traité de la vieillesse et de l'amitié

Quiconque donne son travail pour de l’argent se vend lui-même et se met au rang des esclaves.

De Officiis (44 av. J.-C.), I, 2, 42