Acceuil / Citation

Citations de : Charles Aznavour

Avec ton sourire au coin de tes lèvres – Avec ton regard comme rempli de fièvre – Tu sembles sortie des mains d’un orfèvre – Et je ne peux que t’aimer mon amour.

Avec

Par le temps que je prends – Pour ne penser qu’à toi – Par mes rêves de jour – Où tu règnes en idole – … – J’en déduis que je t’aime.

J'en déduis que je t'aime

Il faut boire jusqu’à l’ivresse – Sa jeunesse – Car tous les instants – De nos vingt ans – Nous sont comptés – Et jamais plus – Le temps perdu – Ne nous fait face.

Sa jeunesse

Un des plus beaux cadeaux que nous ait fait la vie – c’est quand notre prénom a l’air d’un mot gentil.

L'essentiel

La revanche des vers.

Epitaphe pour un poète

Quand j’écris une chanson d’amour, ce n’est pas en pensant à quelqu’un mais aux phrases que je vais dire.

Dans Le Figaro, 5 septembre 2011.

Je suis boulimique. Si j’arrête la scène, je meurs. Vous croyez que ça m’amuse de mourir ? J’y pense depuis l’âge de 15 ans.

Dans Le Parisien, 5 mai 2015.

Enfant je fauchais aux étalages Ce que ma mère ne pouvait m’acheter Il faut bien manger à tout âge.

J'ai Appris Alors (2007)

Jour après jour, heure après heure J’ai appris ce qu’était pleurer Et comme son souvenir demeure Faut que j’apprenne à oublier.

J'ai Appris Alors (2007)

Du temps jadis De mes voyages Dans tes yeux tendres et ton corps chaud De ces rivages J’ai dans la peau Ton doux visage Emergeant du flou de l’oubli.

Ton doux visage (1955)

Il viendra Ce jour où les coeurs brisés Vont marcher Au pas de leurs souvenirs Il viendra Avec toi qui reviendra Dans mes bras Pour ne plus repartir.

Il viendra ce jour (1963)

Il fallait bien En payer le prix Et mon chagrin Vient de briser ma vie.

Il fallait bien (1966)

J’ai l’amour à fleur de coeur Qui me fait souffrir sans trêve Lorsque tu rêves Paisiblement Toi mon tourment Toi ma douleur.

L'amour à fleur de coeur (1963)

Toi et moi Deux coeurs qui se confondent Au seuil de l’infini Loin du reste du monde.

Toi et moi (1994)

L’amour s’en vient, l’amour se meurt A peine un rire et puis des pleurs Et le silence autour de moi Le souvenir qui naît déjà L’amour était si beau près de toi.

Il fallait bien (1966)

Emmenez-moi au bout de la terre Emmenez-moi au pays des merveilles Il me semble que la misère Serait moins pénible au soleil.

Emmenez-moi (1968)

Plus bleu que le bleu de tes yeux, Je ne vois rien de mieux, Même le bleu des cieux.

Plus bleu que le bleu de tes yeux (1997)

J’ai gagné ma liberté par mon travail et ce travail m’a littéralement emprisonné.

A voix basse (2009)

Le piratage ne peut que tarir les imaginations et, pire, enterrer définitivement toute velléité de création.

A voix basse (2009)

Le succès n’est que l’expression d’une vaste hallucination collective.

A voix basse (2009)

Le hasard souvent fait bien les chosesSurtout quand on peut l’aider un peuUne étoile passe, et je fais un voeuNous nous reverrons un jour ou l’autreSi Dieu le veut.

Nous nous reverrons un jour ou l'autre (1976)

Nous nous reverrons un jour ou l’autreSi vous y tenez autant que moiPrenons rendez-vousUn jour n’importe oùJe promets qui j’y serait sans fauteNoël comme la PentecôteA Rio de Janeiro ou à Moscou.

Nous nous reverrons un jour ou l'autre (1976)

Je vous parle d’un temps – Que les moins de vingt ans – Ne peuvent pas connaître.

La bohème (1965)

La bohème, la bohème, – Ca voulait dire on est heureux – La bohème, la bohème, – Nous ne mangions qu’un jour sur deux.

La bohème (1965)

On ne m’a jamais rien donné, pas même mon âge.

La plus belle pierre tombale ne couvre qu’un cadavre.

On ne récolte jamais que les sentiments que l’on sème.

Il te suffisait que je t'aime