Acceuil / Citation

Citations de : Cesare Bonesana, marquis de Beccaria

Quand les passions sont excitées par les objets présents, la déclamation et les plus sublimes vérités sont pour elles un frein qui ne les retient point ou qu’elles brisent bientôt.

Des délits et des peines (1764), I, Origine des peines

Le suicide est un délit qui semble ne pouvoir être soumis à une peine proprement dite, puisqu’elle ne pourrait tomber que sur un corps froid et sans vie, ou sur des innocents.

Des délits et des peines (1764), XXXV, Du suicide

Le juge doit faire un syllogisme parfait. La majeure doit être la loi générale; la mineure l’action conforme ou non à la loi; la conséquence la liberté ou la peine.

Des délits et des peines (1764), IV

Une république trop vaste ne se garantit du despotisme qu’en se subdivisant et s’unissant en plusieurs républiques confédérées.

Des délits et des peines (1764), XXVI

Plus le châtiment sera prompt et suivra de près le délit commis, plus il sera juste et utile.

Des délits et des peines (1764), XIX

Le délit (de contrebande) naît de la loi même qui l’interdit …

Des délits et des peines (1764), XXXIII

L’un des plus grands freins opposés aux délits, c’est non pas la rigueur des peines, mais l’infaillibilité de celles-ci.

Des délits et des peines (1764), XXVII

… L’expérience de tous les siècles, où la peine capitale n’a jamais détourné les hommes déterminés d’outrager la société …

Des délits et des peines (1764), XXVIII

La vraie mesure des crimes est le tort qu’ils font à la nation et non l’intention du coupable, comme quelques auteurs l’ont cru mal à propos.

Des délits et des peines (1764)

La force qui, semblable à la gravitation, nous incite à rechercher notre bien-être ne peut être contenue que par les obstacles qui lui sont opposés.

Des délits et des peines (1764), VI, Proportion entre les délits et les peines

En arithmétique politique, il faut substituer à l’exactitude rigoureuse le calcul des probabilités.

Des délits et des peines (1764), VI, Proportion entre les délits et les peines

Il est de l’intérêt général qu’il ne se commette pas de délits, ou du moins qu’ils soient d’autant plus rares qu’ils causent plus de mal à la société.

Des délits et des peines (1764), VI, Proportion entre les délits et les peines

Il n’est personne qui ait fait don spontanément d’une partie de sa propre liberté en vue du bien public ; cette chimère n’existe que dans les romans.

Des délits et des peines (1764), II

Si elle était possible, chacun de nous voudrait que les pactes qui lient les autres ne le lient pas lui-même ; tout homme se regarde comme le centre de toutes les combinaisons du globe.

Des délits et des peines (1764), II

L’histoire des hommes est une mer immense d’erreurs où l’on voit surnager çà et là quelques vérités mal connues. Qu’on ne s’autorise donc point de ce que la plupart des siècles et des nations ont décerné la peine de mort contre certains crimes.

Des délits et des peines (1764), XXVIII, De la peine de mort

Ce n’est point par la rigueur des supplices qu’on prévient le plus sûrement les crimes, c’est par la certitude de la punition.

Des délits et des peines (1764), XXVII, De la douceur des peines

Chaque citoyen peut faire tout ce qui n’est pas contraire à la loi, sans en craindre d’autres inconvénients que ceux qui résultent de l’action même.

Des délits et des peines (1764), VII, Erreur dans la mesure des peines

Si un châtiment égal est destiné à deux actions qui blessent inégalement la société, nul obstacle n’empêchera les hommes de commettre celle qui leur sera la plus avantageuse, quoiqu’elle soit aussi la plus criminelle.

Des délits et des peines (1764), VI, Proportion entre les délits et les peines