Acceuil / Citation

Citations de : Bouddha

Le temps est un grand maître, le malheur, c’est qu’il tue ses élèves.

Tous les êtres vivants sont bouddha et ont en eux sagesse et vertus.

Tout est douleur, tout est éphémère.

Dans Histoire des croyances et des idées religieuses (1978) de Mircea Eliade.

Un fou qui pense qu’il est fou est pour cette raison même un sage. Le fou qui pense qu’il est un sage est appelé vraiment un fou.

Celui qui est maître de lui-même est plus puissant que celui qui est maître du monde.

La vie n’est pas un problème à résoudre mais une réalité à expérimenter.

Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde.

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi même le chemin.

Doutez de tout et surtout de ce que je vais vous dire.

Le don de vérité est un don qui surpasse tous les autres.

Soyez votre propre lampe, votre île, votre refuge. Ne voyez pas de refuge hors de vous-même.

Mille victoires sur mille ennemis ne valent pas une seule victoire sur soi-même.

Jamais la haine ne cesse par la haine.

Si ceux qui ne sont pas avec nous, ô frères! me dénigrent, ou ma doctrine ou le temple, il n’y a guère là motif à votre colère.

Vous devez respecter la sagesse, la connaissance et non pas un objet tel qu’une pierre ou un arbre.

Considère celui qui te fait voir tes défauts comme s’il te montrait un trésor. Attache-toi au sage qui réprouve tes fautes. En vérité, c’est un bien et non un mal de fréquenter un tel homme.

Le Dhammapada

Avec nos pensées, nous créons le monde.

Il n’est pas de détresse pour celui qui a terminé son voyage, qui a abandonné tout souci, qui s’est libéré de toutes parts, qui a rejeté tous ses biens.

Le Dhammapada

«Je vivrai ici pendant la saison des pluies, la pendant la saison froide; ailleurs pendant la canicule»; ainsi l’insensé fait en son coeur des projets sans s’assurer de ce qui peut les contrarier.

Le Dhammapada

La senteur des fleurs, ou du santal, ou de l’encens, ou du jasmin ne remonte pas le vent. Dans toutes les directions, l’homme sage répand le parfum de sa vertu.

Le Dhammapada

Mon action est mon seul bien, mon action est mon héritage, mon action est la matrice qui me fait naître, mon action est ma race, mon action est mon refuge.

Les constructeurs d’aqueducs conduisent l’eau à leur gré; celui qui fabrique les flèches les façonne; les charpentiers tournent le bois; le sage se façonne lui-même.

Le Dhammapada

L’homme qui s’attache à cueillir les plaisirs comme des fleurs, est saisi par la mort qui l’emportera comme un torrent débordé emporte un village endormi.

Le Dhammapada

Vivons donc heureusement, sans haïr ceux qui nous haïssent. Parmi ceux qui nous haïssent, passons dépourvu de haine.

Le Dhammapada

«Toutes les formes créées sont irréelles.» Une fois que la sagesse a fait comprendre cela, on est à l’épreuve de la douleur. Ceci est le sentier de la pureté.

Le Dhammapada

Les chars pompeux des Rajahs sont détruits par l’usure. – Notre corps va de même vers un anéantissement certain, mais le savoir du sage passe à un autre sage et ne côtoie jamais la destruction.

Le Dhammapada

Rappelez-vous bien, mes enfants, qu’il n’existe rien de constant si ce n’est le changement.

L’homme atteint de cataracte Croit voir des mouches volantes Pareilles à ces mouches, toutes choses Sont des fictions conçues par des sots.

Sutra de l'entrée dans lanka

Ceux qui m’ont vu par ma forme, Et ceux qui m’ont suivi par ma voix Se sont engagés dans des efforts erronés, Ces personnes ne me verront pas.

Sutra du diamant

C’est du Dharma que l’on doit voir les Bouddhas, C’est des corps du Dharma que viennent leurs conseils, Mais la vraie nature du Dharma ne peut être perçue, Et personne ne peut la connaître en tant qu’objet.

Sutra du diamant

Comme des étoiles, un défaut de vision, comme une lampe, Une illusion magique, des gouttes de rosée, ou une bulle, Un rêve, un éclair, ou un nuage, Ainsi devrait-on voir ce qui est conditionné.

Sutra du diamant

Attends tout de toi-même.

Le bonheur est né de l’altruisme et le malheur de l’égoisme.

Entre le ciel et la terre, il n’y a qu’une demeure temporaire.