Acceuil / Citation

Citations de : António Emílio Leite Couto, dit Mia Couto

Et chaque silence est une musique à l’état de gestation.

L'accordeur de silences (2011)

La colère n’est qu’une manière différente de pleurer.

L'accordeur de silences (2011)

Je sais aujourd’hui comment on mesure l’âge véritable : nous devenons vieux lorsque nous n’avons plus de nouveaux amis. Nous mourons dès lors que nous ne tombons plus amoureux.

Tombe, tombe au fond de l'eau (2005)

On fait tous l’éloge du rêve qui est la compensation de la vie. Mais c’est le contraire, vivre est nécessaire pour se reposer des rêves.

Poisons de dieu, remèdes du diable : les vies incurables de Vila Cacimba (2013)

Hantée par la peur de vieillir, j’ai laissé vieillir notre relation. Occupée à me faire belle, j’ai laissée fuir la véritable beauté qui réside uniquement dans le regard qui dénude.

L'accordeur de silences (2011)

Il est dommage que vous alliez et veniez à fatiguer vos yeux de par le monde. Vous devriez plutôt vous passer un rêve sur le visage dès le matin. C’est ce qui retient le temps et retarde la ride.

Tombe, tombe au fond de l'eau (2005)

Personne n’a de race. Les races, dit-il, sont des uniformes que nous endossons.

L'accordeur de silences (2011)

A quoi sert de croire en Dieu si on perd foi dans les hommes ?

L'accordeur de silences (2011)

Rêver est toujours une façon de mentir à la vie, une vengeance contre un destin toujours tardif et rare.

Poisons de dieu, remèdes du diable : les vies incurables de Vila Cacimba (2013)

Ce n’est pas en lui tenant les ailes qu’on aide un oiseau à voler. L’oiseau vole simplement parce qu’on l’a laissé être oiseau.

L'accordeur de silences (2011)

La terre n’est jamais suffisante pour enterrer une mère.

L'accordeur de silences (2011)

Les morts ne meurent pas lorsqu’ils cessent de vivre, mais quand nous les vouons à l’oubli.

L'accordeur de silences (2011)

Ce qui fait se déplacer la route ? C’est le rêve. Aussi longtemps que nous rêverons, la route demeurera vivante. C’est à cela que servent les chemins, à nous faire parents de l’avenir.

Terre somnambule (1994)