Acceuil / Citation

Citations de : Antoine Blondin

La gentillesse et les égards dint ils m’entouraient n’en étaient que plus méritoires, car enfin un lourd voile d’ombre pesait encore sur mon cas.

L'Humeur vagabonde (1955)

Depuis trois semaines, nous venons passer huit à dix heures par jour dans ce même compartiment où nous avons nos places retenues. Nous maugréons pour la forme, mais nous ne céderions pas cette place pour un empire.

L'Humeur vagabonde (1955)

C’était pour pouvoir continuer de jouer en double mixte avec sa femme le jeu de la société.

L'Humeur vagabonde (1955)

Je finis par comprendre qu’elle n’avait pas de domicile fixe, dormant chez l’une ou chez l’autre.

L'Humeur vagabonde (1955)

Elle se mit à brailler en martelant la muraille avec un instrument que Monsieur Jadis présuma être son soulier car elle dit: «Crotte, j’ai encore craqué le talon».

Monsieur Jadis ou l'Ecole du soir (1970)

Suzanne … leva les yeux vers son mari occupé à se raser avec le vieux coupe-choux dont il n’avait jamais réussi à se déshabituer.

Un singe en hiver (1959)

Je ne pouvais davantage faire le coup du taxi au veilleur de nuit de l’hôtel, qui le connaissait déjà et ne l’appréciait guère.

Monsieur Jadis ou l'Ecole du soir (1970)

Il s’émerveillait de comprendre du premier coup les inscriptions sur les boutiques, de pouvoir dépenser sans compter (avec le change).

Monsieur Jadis ou l'Ecole du soir (1970)

Monsieur Jadis rentrait chez lui par le chemin qui lui convenait le mieux: celui des écoliers.

Monsieur Jadis ou l'Ecole du soir (1970)

Des grappes humaines se collaient en essaims bourdonneurs à l’arrière-train des autobus.

Les Enfants du bon Dieu (1952)

Ainsi, en Chine, l’hiver, des singes égarés se réfugient dans les villes. Quand ils sont assez nombreux, on chauffe un train pour eux et on les renvoie vers leurs forêts natales.

Un singe en hiver (1959)

Je n’ai jamais osé être de gauche quand j’étais jeune, de peur de devenir de droite en vieillissant.

Le Flâneur de la rive gauche (1988)

Un jour nous abattrons les cloisons de notre prison nous parlerons à des gens qui nous répondront le malentendu se dissipera entre les vivants les morts n’auront plus de secrets pour nous. Un jour nous prendrons des trains qui partent.

L'Humeur vagabonde (1955)

L’inquiétude, où s’inscrit l’intolérable décalage entre la réalité et la vie rêvée, cherche sur les quais de départ, dans des amours impossibles, au bistrot, la route des grandes évasions. Mais cette âme entraînée est une âme qui rebondit.

Mes petits papiers (2006)

Chez Verlaine, l’homme descend du songe et tend à y retourner en vertu d’une insatisfaction essentielle.

Mes petits papiers (2006)

Sartre a raison: exister, c’est d’abord être de trop, absolument pas nécessaire, gratuit et absurde.

Monsieur Jadis ou l'Ecole du soir (1970)

Le paradoxe du dictionnaire: les mots ne s’expliquent que par d’autres mots.

Un malin plaisir (1993)

Cela mérite le détour. Celui qu’il convient de faire pour l’éviter.

Un malin plaisir (1993)

Aux signes extérieurs de richesse, je préfère certains signes de richesse intérieure.

Un malin plaisir (1993)

Ce qui fout tout par terre, il faut le foutre en l’air.

Un malin plaisir (1993)

Les années qui s’envolaient me revenaient dans le creux de la main comme des boomrangs.

Les Enfants du bon Dieu (1952)

Au soir du 1er décembre 1805, l’Empereur parcourt les bivouacs de la grande armée, établis au sud de Brünn. C’est la tournée des popotes.

Monsieur Jadis ou l'Ecole du soir (1970)

Fou la paix, coupa Dieulefils en ressuscitant sur son séant par la vertu des effluves d’anis, d’amers et de bitters qui flottaient dans la pièce.

Monsieur Jadis ou l'Ecole du soir (1970)

Je me gardai d’indiquer mon adresse, craignant les antennes de ma mère et qu’elle ne poussât le zèle jusqu’à s’informer de cet hôtel …

L'Humeur vagabonde (1955)

Assis sur le bord du trottoir, perdus dans leurs méditations individuelles, avec une gravité lointaine qui rejoint la mastication du casse-croûte, les hippies font chanvre à part.

Un malin plaisir

Méfiez-vous fillettes, il n’est jamais trottoir pour bien faire.

Un malin plaisir

Il respire comme il ment: très mal.

Un malin plaisir

Le champion, élément fabuleux dans le paysage moderne, est un héros qui ne parvient pas à devenir un personnage.

Dans Le Monde, 12 octobre 1968.

Tout se confond dans une vie qui trouve son unité du côté d’une passion.

Préface à Alors Chapatte, raconte (1975).

Passé huit heures du soir, les héros de roman ne courent pas les rues dans le quartier des Invalides.

L'Europe buissonnière (1961)

Je ne supporte pas d’entendre le bruit d’une porte ou d’un coeur qui se ferme.

Dans cet univers plein de bruit et de fureur, c’est le bruit des uns qui provoque la fureur des autres.

Quat'saisons (1975)

A une certaine époque, la France commença à perdre ses colonies et beaucoup de l’empire qu’elle aurait dû conserver sur elle même.

Soldat inconnu, connais pas… Comme si vous me parliez peau rouge. Et encore, les Peaux-Rouges, ils ont le bon esprit, quand c’est fini, d’enterrer la hache de guerre. Nous, c’est le guerrier qu’on enterre, mais le matériel, on le conserve.

Quand vous parliez avec lui, il semblait être absent. En fait, il était plongé dans vos pensées.

A propos de Marcel Aymé.

Je n’ai jamais osé être de gauche quand j’étais jeune de peur de devenir de droite en vieillissant.

Depuis trente ans, je cache ma renommée dans les bars à vins.

Quand on meurt de faim, il se trouve toujours un ami pour vous offrir à boire.

Il n’existe guère que deux arts de vivre: l’un consiste à se mettre à la place des autres, l’autre à la leur prendre.

Ma vie entre des lignes

Il est toujours grandiose et significatif d’atteindre, au jour prescrit, l’objectif qu’on s’était fixé. Champion olympique avec préméditation, ça ira bien chercher dans les dix ans de frisson ferme.

Ma vie entre des lignes

Nous n’adhérons à nos lectures que pour autant qu’elles suscitent en nous ce petit choc à quoi l’on reconnaît une grande vérité humaine.

Ma vie entre des lignes

Toutes les femmes sont fatales; on commence par leur devoir la vie, elles finissent par causer notre perte.

Certificats d'études

Ce qui est troublant, chez Jean Cocteau, c’est qu’il faille le prendre au sérieux. On a tôt fait de déceler le déséquilibré quand il est précisément un équilibriste.

Certificats d'études

Le haut du pavé se retrouve toujours sur les pavés du haut.