Acceuil / Citation

Citations de : Annie Ernaux

Je suis venue au monde parce que tu es morte et je t’ai remplacée.

L' Autre fille (2011)

J’ai fini de mettre en mots ce qui m’apparaît comme une expérience humaine totale, de la vie et de la mort, du temps, de la morale et de l’interdit, de la loi, une expérience vécue d’un bout à l’autre au travers du corps.

L'Evénement (2000)

Faire de la vie, ça dépend de quel point de vue on se place, du mien ça ressemble à une marche vers la mort.

La femme gelée (1981)

Les parents d’un enfant mort ne savent pas ce que leur douleur fait à celui qui est vivant.

L'Autre fille (2011)

A la fin, elle a dit de toi elle était plus gentille que celle-là. Celle-là, c’est moi.

L'Autre fille (2011)

Est-ce que je t’écris pour te ressusciter ou pour te tuer à nouveau ?

L'Autre fille (2011)

Le pire dans la honte, c’est qu’on croit être seul à la ressentir.

La Honte (1997)

Dans le monde de l’hypermarché et de l’économie libéral, aimer les enfants, c’est leur acheter le plus de choses possibles.

Regarde les lumières mon amour (2014)

Nous sommes une communauté de désir, non d’action.

Regarde les lumières mon amour (2014)

Depuis quinze ans, ce n’est pas la présence des «minorités visibles» que je remarque dans un lieu, c’est leur absence.

Regarde les lumières mon amour (2014)

J’ai toujours eu envie d’écrire des livres dont il me soit ensuite impossible de parler, qui rendent le regard d’autrui insoutenable.

La Honte (1997)

Parler bien suppose un effort, chercher un autre mot à la place de celui qui vient spontanément, emprunter une voix plus légère, précautionneuse, comme si l’on manipulait des objets délicats.

La Honte (1997)

La structure dépend des idées que j’ai de l’être, des autres, de l’Histoire mais pas seulement, le secret intérieur que je ne connais pas.

L'Atelier noir (2011)

Quel que soit le projet, faire sentir le passage du temps, présence de l’Histoire, des changements du mode de vie, le changement en soi (je ou elle).

L'Atelier noir (2011)

Ecrire pour faire advenir un peu de vérité. Mais que cette vérité ne soit pas advenue seulement pour une élite.

L'Atelier noir (2011)

Malraux dit que, ce qui l’intéresse dans un roman, c’est l’histoire, l’Histoire. Il me semble que c’est une distinction importante : les livres ancrés dans l’histoire et les a-historiques.

L'Atelier noir (2011)

Ce que j’espère écrire de plus juste se situe sans doute à la jointure du familial et du social, du mythe et de l’histoire.

Une femme (1988)

Tout le passé est nécessaire pour aimer le présent.

Ecrire la vie (2011)

Brusquement il a dit : C’est de Camus ça, aimer un être c’est accepter de vieillir avec lui. Une phrase juste. Tu ne trouves pas ?

La femme gelée (1981)

Je voulais forcer le présent à redevenir du passé ouvert sur le bonheur.

Passion simple (1991)

Anaïs Nin écrit dans son journal: Je veux jouir et non transformer. Je dirais que le journal intime me paraît le lieu de la jouissance, que les autres textes sont celui de la transformation. J’ai plus besoin de transformer que de jouir.

L'Ecriture comme un couteau (2003)

Sans doute, la plus grande souffrance, comme le plus grand bonheur, vient de l’Autre.

L'Occupation (2002)

Coiffeurs et coiffeuses appartiennent à un monde en couleurs, théâtral, tous vêtus à la pointe de la mode, excentriques hors du salon.

Journal du dehors (1993)

Etre comme trout le monde était la visée générale, l’idéal à atteindre. l’originalité passait pour de l’excentricité, voire le signe qu’on a un grain.

La Honte (1997)

Larmes, silence et dignité, tel est le comportement qu’on doit avoir à la mort d’un proche, dans une vision distinguée du monde.

La Place (1983)

J’ai mis beaucoup de temps parce qu’il ne m’était pas aussi facile des ramener au jour des faits oubliés que d’inventer. La mémoire résiste.

La Place (1983)

Etre comme tout le monde était la visée générale, l’idéal à atteindre. L’originalité passait pour de l’excentricité, voire le signe qu’on en a un grain.

La Honte (1997)

Il valait mieux vivre sans rien attendre sous la gauche que s’énerver continuellement sous la droite.

Les Années (2008)

On sentait bien qu’avec la pilule la vie serait boulversée, tellement libre de son corps que c’en était effrayant. Aussi libre qu’un homme.

Les Années (2008)

1968 était la première année du monde.

Les Années (2008)

Il y a ceci dans la honte: l’impression que tout maintenant peut vous arriver, qu’il n’y aura jamais d’arrêt, qu’à la honte il faut plus de honte encore.

La Honte (1997)

D’avoir vécu une chose, quelle qu’elle soit, donne le droit imprescriptible de l’écrire.

L'Evénement (2000)

Les enfants vivent mieux qu’on pense avec les secrets, avec ce qu’ils croient qu’il ne faut pas dire.

L'Autre fille (2011)

La réélection de Mitterand nous rendait la tranquillité. Il valait mieux vivre sans rien attendre sous la gauche que s’énerver continuellement sous la droite.

Les Années (2008)

Depuis peu, je sais que le roman est impossible. Pour rendre compte d’une vie soumise à la nécessité, je n’ai pas le droit de prendre d’abord le parti de l’art, ni de chercher à faire quelque chose de passionnant, ou d’émouvant.

La Place (1983)

Tu n’as d’existence qu’au travers de ton empreinte sur la mienne. T’écrire, ce n’est rien d’autre que faire le tour de ton absence. Décrire l’héritage d’absence. Tu es une forme vide impossible à remplir d’écriture.

L'Autre fille (2011)

Une réprobation absolue frappait les divorcés, les communistes, les concubins, les filles mères, les femmes qui boivent, qui ont été tondues à la Libération, qui ne tiennent pas leur maison, etc.

La Honte (1997)

Comme le désir sexuel, la mémoire ne s’arrête jamais. Elle apparie les morts aux vivants, les êtres réels aux imaginaires, le rêve à l’histoire.

Les Années (2008)

Rien à faire pour encaisser le mot masse; on s’est toujours bouffé le nez dans ma famille, dans le quartier; ça ne fait pas très masse, à mon idée.

Ce qu'ils disent ou rien (1977)

Il n’y a pas que le bonheur qui rend heureux.

Bouillon de culture, le 2 Février 2001.

Dans la passion, c’est le rêve qui compte.

Bouillon de culture, le 2 Février 2001.

Qu’est-ce qu’aimer un homme? Qu’il soit là, et faire l’amour, rêver, et il revient, il fait l’amour. Tout n’est qu’attente.

Se perdre

Ecrire, c’est d’abord ne pas être vu.

Désirer savoir est la forme même de la vie et de l’intelligence.

J’allais vers eux avec mon petit bagage, les conversations des filles, des romans, des conseils de l’écho de la mode, des chansons, quelques poèmes de Musset et une overdose de rêves, Bovary ma grande soeur.

La femme gelée (1981)

C’est ma mère, ce n’était plus la femme que j’avais toujours connue au-dessus de ma vie, et pourtant, sous sa figure inhumaine, par sa voix, ses gestes, son rire, c’était ma mère, plus que jamais.

« Je ne suis pas sortie de ma nuit » (1997)

Le silence était le fond des choses et le vélo mesurait la vitesse de la vie.

Les Années (2008)

Je voudrais dire, écrire au sujet de mon père, sa vie, et cette distance venue à l’adolescence entre lui et moi. Une distance de classe, mais particulière, qui n’a pas de nom. Comme de l’amour séparé.

La Place (1983)