Acceuil / Citation

Citations de : Anna Gavalda

Rendre la justice, c’est impossible, parce que la justice, ça n’existe pas. Mais par contre, l’injustice, oui. L’injustice, c’est facile à combattre parce que ça vous saute à la figure et alors tout devient limpide.

La Consolante (2008)

Aux vrais écuyers les jambes et les mains, aux impuissants la cravache.

La Consolante (2008)

Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est leur bêtise, pas leur différence.

Ensemble, c'est tout (2004)

Je suis comme un cerf-volant, si quelqu’un ne tient pas la bobine, je m’envole… Et toi, c’est drôle, je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer.

Je l'aimais (2003)

Je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer…

Je l'aimais (2003)

Je guettais le moment où la maison allait s’envoler.

Je l'aimais (2003)

Quand nous sommes arrivés, la dernière visite venait de commencer. Un jeune type blanc comme une endive, assez craspec, avec un regard de veau en gelée nous a conseillé de rejoindre le groupe au premier étage.

L'Echappée belle (2001)

Je suis tombé amoureux comme on attrape une maladie. Sans le vouloir, sans y croire, contre mon gré et sans pouvoir m’en défendre.

Je l'aimais (2003)

Il n’est pas de chagrin qu’un livre ne puisse consoler, disait Montaigne et Montaigne avait toujours raison.

Ensemble, c'est tout (2004)

Le cours de nos vies nous échappe, mais ce n’est pas grave. Il n’a pas grand intérêt… L’idéal c’est de le savoir plus tôt. Plus tôt quand ? Plus tôt. Avant de repeindre des chambres en rose, par exemple…

Je l'aimais (2003)

Ma vie est comme ce lit, pensais-je encore. Fragile. Incertaine. Suspendue.

Je l'aimais (2003)

Quand je bois, je bois trop, quand je fume, je me bousille, quand j’aime, je perds la raison et quand je travaille, je me tue… Je ne sais rien faire normalement, sereinement.

Ensemble, c'est tout (2004)

Mon enfance, c’est moi, et comme mon enfance ne vaut rien, moi, derrière, j’ai beau essayer de la contrecarrer de toutes mes forces, je ne fais jamais le poids.

Billie (2013)

Mon enfance, c’est un poison que j’ai dans le sang et y a que quand je serai morte que j’en souffrirai plus.

Billie (2013)

Je préfère te voir souffrir beaucoup aujourd’hui qu’un peu toute ta vie.

Je l'aimais (2003)

Leur histoire, c’est la théorie des dominos, mais à l’envers. Au lieu de se faire tomber, ils s’aident à se relever.

Ensemble, c'est tout (2004)

L’important, ce n’est pas le lieu où on se trouve, c’est l’état d’esprit dans lequel on est.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Vingt ans. Cet âge décourageant où l’on croit encore que tout est possible. Tant de probabilités et tant d’illusions. Tant de coups à prendre dans la figure aussi.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Il l’aimait trop. Trop bien, trop mal, trop n’importe comment peut-être, mais trop.

La Consolante (2008)

Je me disais: allez il faut pleurer une bonne fois pour toutes. Tarir les formes, presser l’éponge, essorer ce grand corps triste et puis tourner la page, penser à autre chose.

Je l'aimais (2003)

Les enfants justifient les réunions de famille et nous en consolent.

L'Echappée belle (2001)

Regardez une femme enceinte: vous croyez qu’elle traverse la rue ou qu’elle travaille ou même qu’elle vous parle. C’est faux. Elle pense à son bébé.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Le droit à l’erreur, toute petite expression, tout petit bout de phrase, mais qui te le donnera? Qui, à part toi?

Je l'aimais (2003)

Au bout de combien de temps oublie-t-on l’odeur de celui qui vous a aimée? Et quand cesse-t-on d’aimer à son tour?

Je l'aimais (2003)

Le bonheur était là et je l’avais laissé passer pour ne pas me compliquer l’existence. C’était si simple pourtant. Il suffisait de tendre la main. Le reste se serait bien arrangé d’une façon ou d’une autre. Tout finit par s’arranger quand on est heureux.

Je l'aimais (2003)

Je suis tombé amoureux comme on attrape une maladie. Sans le vouloir, sans y croire, contre mon gré et sans pouvoir m’en défendre. Et puis je l’ai perdue. De la même manière.

Je l'aimais (2003)

Le seul mot de passion me faisait ricaner. La passion, la passion! Je mettais ça entre hypnose et superstition, moi… C’était presque un gros mot dans ma bouche. Et puis, ça m’est tombé dessus au moment où je m’y attendais le moins.

Je l'aimais (2003)

Je ne comprenais pas cet homme qui s’économisait et réfrénait ses élans. Ne rien montrer de peur de se sentir affaibli, je n’ai jamais pu comprendre ça. Chez moi, on se touche et on s’embrasse comme on respire.

Je l'aimais (2003)

Je peux encore sentir sa douceur dans mon cou, sa voix, sa chaleur, l’odeur de sa peau, tout est là. Tout est là… il suffit d’y penser. Au bout de combien de temps oublie-t-on l’odeur de celui qui vous a aimée? Et quand cesse-t-on d’aimer à son tour?

Je l'aimais (2003)

Je hais les téléphones portables, je hais Sagan, je hais Baudelaire et tous ces charlatans. Je hais mon orgueil.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Personne n’est jamais trop bien pour personne.

Ensemble, c'est tout (2004)

Le pire quand on vieillit ce n’est pas tant le corps qui fiche le camp, non, ce sont les remords.

Ensemble, c'est tout (2004)

Un jour on voudrait mourir et le lendemain on réalise qu’il suffisait de descendre quelques marches pour trouver le commutateur et y voir un peu plus clair.

Ensemble, c'est tout (2004)

Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est leur connerie, pas leurs différences.

Ensemble, c'est tout (2004)

Tu sais, faut en prendre soin des gens qui sont corrects avec toi… Tu le verras en vieillissant que tu n’en croiseras pas tant que ça…

Ensemble, c'est tout (2004)

Combien de temps suis-je restée là, à contempler mon désastre ? Je ne sais pas.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l’amour – appelez ça comme vous voulez -, va se charger de les bousculer un peu. Leur histoire, c’est la théorie des dominos, mais à l’envers. Au lieu de se faire tomber, ils s’aident à se relever.

Ensemble, c'est tout (2004)

Et puis qu’est ce que ça veut dire heureuse ? C’est le nouveau mot à la mode, ça… Heureuse ! Heureuse ! Si tu crois qu’on est sur cette terre pour batifoler et cueillir des coquelicots, tu es bien naïve ma fille…

Ensemble, c'est tout (2004)

Elle avait tout, comme on dit. Comme les imbéciles disent.

L' Echappée belle (2001)

Une fille de dix-huit ans qui ne connaissait rien à la vie et ressemblait aux bougies qu’on allumait dans les églises : super simple, super pure et super blanche, mais bien allumée. Oui, complètement en effusion à l’intérieur…

Billie (2013)

A… attention, tu… tu m’as fait lâcher mon croissant, i… idiot… Regarde, on dirait une vieille mé… méduse maintenant…

Ensemble, c'est tout (2004)

Ils ne demandaient rien d’autre que d’être heureux ensemble. Même pas heureux d’ailleurs, ils n’étaient plus si exigeants. D’être ensemble, c’est tout.

Ensemble, c'est tout (2004)

« Tu es belle », lui avouais-je, elle haussait les épaules, « C’est dans tes yeux », « Oui, acquiesçais-je, c’est dans mes yeux… »

Je l'aimais (2003)

Et puis un soir, allez savoir, parce que c’était un dimanche et que les dimanches sont les jours les plus injustes du monde.

La Consolante (2008)

Je le savais. Oui, je le savais. Que plus tard, on en rirait. Que l’on serait vieilles un jour et que vu qu’on aurait jamais fait notre gymnastique du périnée sérieusement, on se pisserait dessus en se rappelant cette soirée.

L'Echappée belle (2001)

Elle pleure parce que son coeur s’est remis à battre aujourd’hui alors qu’elle n’y croyait plus depuis longtemps. Elle a eu une vie plus dure que ce qu’elle aurait imaginé. Elle a surtout connue la solitude.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Les gens qu’on aime, on ne les rencontre pas, voyons, on les reconnaît.

La Vie en mieux (2014)

Nous avons parlé des mêmes choses qu’à 10 ans 15 ans et 20 ans, c’est à dire nous nous moquions de nous même.

L'Echappée belle (2001)

Quand je te vois, j’ai mal au bide comme devant dix mille personnes, s’il te plaît, arrête ça et prends-moi dans tes bras.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

On dit que l’armée, ça vous change un homme, personnellement, l’armée m’aura rendu encore plus pessimiste qu’avant.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Enfin… c’est fou ce qu’on reçoit comme pub maintenant, c’est vraiment n’importe quoi.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Pas toujours facile de grandir, mais heureusement qu’il y a sur le chemin des personnages qui font du bien et ça donne de l’espoir !

35 kilos d'espoir (2002)

Le chagrin de ceux par qui le malheur arrive… Ceux qui restent, on les plaint, on les console, mais ceux qui partent ?

Je l'aimais (2003)

Ils se donnèrent la main en remontant à la surface. La main, c’est bien. Ca n’engage pas trop celui qui la donne et ça apaise beaucoup celui qui la reçoit…

Ensemble, c'est tout (2004)

J’avoue ne pas trop comprendre les mauvaises critiques. J’ai passé un très bon moment avec ce livre et bien aimé le style.

La Consolante (2008)

A cette époque de ma vie, j’aimais tout le monde, et je croyais que tout le monde s’aimait.

35 kilos d'espoir (2002)

Je n’ai jamais pu passer un examen… Je suis trop angoissé… A chaque fois, je perds le sommeil, la vue, mes cheveux, mes dents même ! , et tous mes moyens.

Ensemble, c'est tout (2004)

D’abord qu’est-ce que ça veut dire, vivre ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

Je l'aimais (2003)

Quand je te regarde, j’ai mal au bide comme devant dix mille personnes, s’il te plaît, arrête ça et prends-moi dans tes bras…

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Faudrait savoir, scrogneugna-t-il, quand je la chauffe, ça va pas, quand je lui dis de se couvrir, elle se fout de ma gueule. Elle me tue, celle-là…

Ensemble, c'est tout (2004)

Nous quatre, ici, maintenant, dans cette Clio pourrie, libérés, ensemble, et que vogue la galère…

Ensemble, c'est tout (2004)

Précision : une Parisienne qui se respecte sur le boulevard Saint-Germain ne traverse jamais sur les lignes blanches quand le feu est rouge. Une Parisienne qui se respecte guette le flot des voitures et s’élance tout en sachant qu’elle prend un risque.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Ce n’était rien et pourtant c’était beaucoup mais c’était n’importe quoi et c’était sa vie.

La Consolante (2008)

Il n’y a pas de chagrin qu’un livre ne puisse consoler.

Ensemble, c'est tout (2004)

L’important ce n’est pas le lieu ou on se trouve, c’est l’état d’esprit dans lequel nous sommes.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Camille a des cailloux dans le ventre et un goût de gravier dans la bouche.

Ensemble, c'est tout (2004)

Pourquoi les gens qui crient plus fort que les autres nous impressionnent-ils ? Pourquoi les gens agressifs nous font-ils perdre nos moyens ?

L'Echappée belle (2001)

Puisque c’est ainsi. Puisque le temps sépare ceux qui s’aiment et que rien ne dure.

L'Echappée belle (2001)

Jamais je ne me suis demandé si je l’aimais toujours ou quels étaient mes exacts sentiments à son égard. Ca n’aurait servi à rien. Mais j’aimais la retrouver au détour d’un moment de solitude. Je dois le dire parce que c’est la vérité.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Il comprit que la fissure était en train de gagner du terrain quand il l’a vit disparaitre au coin de la rue et que son coeur se cassa la gueule dans ses chaussures.

La Consolante (2008)

Comme si sa mère s’appliquait, avec une méticulosité sadique et probablement inconsciente, quoi que, à gratter les croûtes et à rouvrir, une à une, des milliers de petites cicatrices.

Ensemble, c'est tout (2004)

Elle achète une magnifique enveloppe en papier kraft. La plus solide, la plus belle, la plus chère avec des coins rembourrés et un rabat inattaquable. La Rolls des enveloppes.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Quand je bois, je bois trop, quand je fume, je me bousille, quand j’aime, je perds la raison et quand je travaille, je me tue… Je ne sais rien faire normalement, sereinement, je…

Ensemble, c'est tout (2004)

On ne peut jamais prévoir. Ni comment les choses vont se dérouler, ni pourquoi des trucs tout simples prennent soudain des proportions démentes.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Elle pleure pour tellement de raisons qu’elle n’a pas envie d’y penser. C’est toute sa vie qui lui revient dans la figure. Alors, pour se protéger un peu, elle se qu’elle pleure pour le plaisir de pleurer et c’est tout.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

La vie, même quand tu la nies, même quand tu la négliges, même quand tu refuses de l’admettre, est plus forte que toi. Plus forte que tout.

Je l'aimais (2003)

Tout ce que je vois de toi et tout ce que je ne vois pas, je l’aime. Pourtant je connais tes défauts. Mais justement, j’ai l’impression que tes défauts vont bien avec mes qualités.

Je l'aimais (2003)

J’étais confiant. J’étais plein d’énergie. Je crois que j’étais assez heureux à cette époque de ma vie parce que même si je n’étais pas avec elle, Je savais qu’elle existait. C’était déjà inespéré.

Je l'aimais (2003)

La campagne, quand t’es pas comme tout le monde, c’est encore pire que l’indifférence.

Billie (2013)

Que c’est bon d’être aussi con que les Parisiens ! De se foutre en rogne pour un Vélib’ foireux, une place de livraison occupée, un PV injuste, un restau bondé, un téléphone déchargé ou un horaire de brocante mal indiqué.

Billie (2013)

Putains de chansons d’amour… Toujours aussi sournoises… Putains de banderilles dans nos coeurs à statistiques.

La Consolante (2008)

A quoi ça tient l’Amour, hein ? Un sourire, deux sourires, trois morceaux de Béghin et tac, la flèche touche au coeur.

L'Echappée belle (2001)

Ce mec, c’était Laurel et Hardy à lui tout seul.

Ensemble, c'est tout (2004)

Au bout de combien de temps oublie-t-on l’odeur de celui qui vous a aimée? Et quand cesse-t-on d’aimer à son tour? Qu’on me tende un sablier.

Je l'aimais (2003)

Un jour on voudrait mourir et le lendemain on réalise qu’il suffisait de descendre quelques marches pour trouver le commutateur et y voir un peu plus clair…

Ensemble, c'est tout (2004)

– Tu fais quoi pour Noël ? – Je prends deux kilos.

Ensemble, c'est tout (2004)

Tu sais, Carine, déclarai-je solennellement, le jour où tu aimeras faire pipi dans l’herbe, tu seras beaucoup plus heureuse.

L'Echappée belle (2001)

Il y a des regrets, des remords, des fêlures et des compromissions qui ne cicatrisent pas, qui ne cicatriseront jamais.

Je l'aimais (2003)

On va mettre cela sur le compte de la fatigue mais je me suis surprise à patauger dans la guimauve. Grosse bouffée de tendresse pour ces trois-là et intuition que nous étions en train de vivre nos dernières tartines d’enfance…

L'Echappée belle (2001)

Avoir le courage de regarder sa vie en face, de n’y voir rien d’ajusté, rien d’harmonieux. Le courage de tout casser, de tout saccager.

Je l'aimais (2003)

Je lui dis que mon coeur est comme un grand sac vide, le sac, il est costaud, y pourrait contenir un souk, pas possible et pourtant, y’a rien dedans.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

J’ai fait gaffe de ne pas casser ma biscotte parce que si y’a un truc dont j’ai horreur, c’est bien de casser mes biscottes .

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

C’est comme un pèlerinage. A croire que ton visage est un endroit qui a marqué ma vie.

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (1999)

Baisons, trinquons, allons nous promener, donnons-nous la main, attrape-moi par le cou et laisse-moi te courir si tu veux mais… Ne tombons pas amoureux.

Ensemble, c'est tout (2004)

Son sourire, même moqueur, était… allait bien avec le paysage…

La Consolante (2008)

Le piège, c’est de penser qu’on a le droit d’être heureux. Nigauds que nous sommes. Assez naïfs pour croire une seconde que nous maîtrisons le cours de nos vies.

Je l'aimais (2003)

Ce que nous vivions là, et nous en étions conscients tous les quatre, c’était un peu de rab. Un sursis, une parenthèse, un moment de grâce. Quelques heures volées aux autres…

L'Echappée belle (2001)

C’est plus facile d’être malheureux qu’heureux, et moi, tu m’entends, je n’aime pas les gens qui choisissent la facilité, je n’aime pas les geignards.

35 kilos d'espoir (2002)

Une femme qui savait démonter une chaîne de tronçonneuse, laissait entrevoir un soutien-gorge rose pâle quand elle se penchait en avant et savait aussi bien jouer des deux langues, ce n’était même pas la peine de chercher un dossard.

La Consolante (2008)

On biaise, on s’arrange, on a notre petite lâcheté dans les pattes comme un animal familier. On la caresse, on la dresse, on s’y attache. C’est la vie. II y a les courageux et puis ceux qui s’accommodent. C’est tellement moins fatigant de s’accommoder…

Je l'aimais (2003)