Acceuil / Citation

Citations de : André Hardellet

La douceur – c’est un vol de chouette, sous le taillis, au crépuscule.

La Cité Montgol (1952)

La peur – c’est un roulement de tombereau, la nuit, dans un bois où ne passe aucune route.

La Cité Montgol (1952)

L’amour – c’est ce pays à l’infini ouvert par deux miroirs qui se font face.

La Cité Montgol (1952)

La plus belle récompense de l’homme – c’est encore son sommeil.

La Cité Montgol (1952)

Entrer, pour la première fois! Dans la fille que l’on aime! Ce glissement dans un fourreau de miel, dans cette gaine de martre huilée!

Lourdes, lentes... (1969)

Et vous pouvez toujours boire un verre à la cuisine avec Mélanie, qui possède un père fouettard comme les Hespérides; elle vous permettra peut-être de l’effleurer.

Lourdes, lentes... (1969)

Ses cuisses bien écartées, la figue au soleil, mûre, juteuse, en sueur, fondue et confondue dans le rut de Messidor.

Lourdes, lentes... (sous le pseudonyme de Stève Masson)

Son con. Très peu de poils, de la même teinte que ses cheveux; les grandes lèvres formant deux bourrelets onctueux. Son odeur de varech, son odeur de filets à sardines. Le coeur, la fontaine de Tantale. La rose lasse et fripée. La fin des peines.

Lourdes, lentes... (1969)

Les saumons épuisés après le frai, on les appelle des bécards et il est vrai que leur mâchoire supérieure ressemble à un bec crochu. Ils se laissent dériver, on les ramasse à l’épuisette, à la main, sans qu’ils se défendent plus qu’une serpillière.

Lourdes, lentes... (1969)

On ne fait pas l’amour, c’est lui qui nous fait.

Lourdes, lentes... (1969)

Oui, si tu retournes danser Chez Temporel, un jour ou l’autre, Pense aux bonheurs qui sont passés Là, simplement, comme les nôtres.

La Cité Montgol (1952)

Ce qu’on aime on l’aime depuis toujours.

Lourdes, lentes... (1969) (sous le pseudonyme de Steve Masson)

Rien qu’une guêpe bourdonnant, dehors, autour d’un cruchon. Et, avec ce faible bruit, c’est l’été qui entre dans la cuisine et caresse une botte d’oignons pendue à un clou.

Sommeils (1960)

Qu’exigeons-nous du ventre d’une femme, sinon le plus somptueux dérivatif à notre misère d’être au monde?

Lourdes, lentes... (1969) (sous le pseudonyme de Steve Masson)

Le scandale du souvenir. Le caractère scandaleux du souvenir passe ordinairement inaperçu. Le souvenir: cette tentative d’insubordination pour rendre actuel, disponible ce que le passé a englouti dans sa trappe.

L'Essuyeur de tempêtes (1979)

Le rêve – c’est l’instant où tombe enfin la robe des clairières.

La Cité Montgol (1952)

L’enfance – c’est la clef rouillée que cachent les buis – celle qui forcerait toutes les serrures.

La Cité Montgol (1952)

L’été – c’est l’ombre de la jarre qu’emperle son frais et cette parole qui traverse encore le dédale de vacances.

La Cité Montgol (1952)

Le contentement – c’est l’odeur d’une blonde qui, lente, efface ses bas noirs.

La Cité Montgol (1952)