Acceuil / Citation

Citations de : Ambrose Gwinnett Bierce

Bigot: Personne qui est attachée avec zèle et obstination à une croyance que vous ne partagez pas.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bigamie: Faute de goût pour laquelle il sera infligé une punition future appelée trigamie.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Barbe: Poils qui sont habituellement coupés par ceux qui estiment à juste titre que la coutume chinoise de se raser la tête est absurde.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Baptême: Rite sacré d’une telle efficacité que celui qui trouve le chemin du ciel sans l’avoir reçu sera plongé dans les affres de la détresse pour l’éternité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Archevêque: Dignitaire ecclésiastique plus sacré d’un cran qu’un évêque.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Année: Période de trois cent soixante-cinq déceptions.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bacchus: Divinité colmplaisante inventée par les anciens pour excuser leurs excès de boisson.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Machination: Méthode employée par un adversaire pour faire échouer nos propres honorables efforts vers un objectif clair et estimable.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Pendule: Machine d’un grand soutien moral pour l’homme, qui le rassure dans son rapport avec le futur en lui remémorant la grande quantité de temps qui lui reste à vivre.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Procédure: Machine dans laquelle vous entrez tel un cochon et dont vous ressortez comme une saucisse.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Les femmes seraient charmantes si on pouvait tomber dans leurs bras sans tomber dans leurs mains.

Reine: Femme par qui le royaume est dirigé quand il y a un roi, et à travers qui il est dirigé quand il n’y en a pas.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Vin: Jus de la vigne fermenté connu par les Ligues de Femmes Chrétiennes comme une «boisson», quelquefois comme «du rhum». Le vin, Madame, est pratiquement le plus beau cadeau que Dieu fit à l’homme.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Sauce: Le plus incontestable des repères de la civilisation et de l’élévation de l’esprit. Un peuple qui n’a pas de sauces posséde un milliers de vices; un peuple qui n’a qu’une sauce n’en posséde que neuf cent-quantre-vingt-dix-neuf.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Satiété: La sensation que quelqu’un éprouve pour son assiette après avoir mangé tout son content, Madame.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Pâté: Agent annonciateur d’une conclusion qui a pour nom indigestion.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Manger: Accomplir successivement (et avec succès) les fonctions de mastication et déglutition.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Indigestion: Mal que le patient et ses amis mélangent fréquemment avec des convictions d’une foi profonde et le souci du salut de l’humanité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Hachis: Il n’y a pas de définition pour ce mot; personne ne sait ce que hachis peut bien être.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Grenouille: Reptile muni de pattes comestibles. La première mention de cet animal dans la littérature profane date, chez Homère, du récit de la gurre des grenouilles et des souris.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Glouton: Personne qui échappe aux maux de la modération en se livrant à la dysespsie.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Froment: Céréale dont on peut tirer un whiskey raisonnablerment bon, non sans se donner un peu de mal, et qui permet également de faire du pain.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Fourchette: Instrument dont la destination première est de déposer des animlaux morts dans la bouche.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Foie: Gros organe rouge intentionnellement fourni par la nature pour se faire de la bile.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Ecrevisse: Petit crustacé qui ressemble au homard mais en plus indigeste.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Dinde: Gros oiseau dont la chair, quand on la mange à l’occasion de certains anniversaires religieux, a des vertus de ferveur et de grâces. Incidemment, c’est un excellent mets.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Déjeuner: Breakfast pour un Américain qui a séjourné à Paris. Prononciations variées.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Cochon: Animal (Porcus omnivorus) Etonnament proche de la race humaine par la vivacité et la splendeur de son appêtit, qui néanmoins lui est inférieur dans sa portée, car il n’inclut pas le cochon.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Chou-fleur: Légume potager à peu près aussi gros et aussi réfléchi que la cervelle d’un homme.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Chair: Seconde personne de la païenne Trinité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Carnivore: Qui s’adonne à l’action cruelle de manger l’infortuné végétal, ainsi que ses usufruitiers et continuateurs.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Cannibale: Gastronome de l’ancienne mode qui reste attaché aux saveurs simples et qui milite pour l’alimentation natuerelle pré-porcine.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bâfrer: Dîner.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Appétit: Instinct délibérément implanté par la Providence afin de sevir la Muse du Travail.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Appât: Sorte de préparation qui rend l’hameçon plus agréable au goût. La meilleure recette est la beauté.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Vanité: Hommage d’un imbécile aux qualités d’un âne très intime.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Vote : Instrument et symbole du pouvoir donné à un homme libre de se conduire comme un sot et de conduire son pays au chaos.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Mariage : Etat ou condition d’une communauté comportant un maître, une maîtresse et deux esclaves, l’ensemble ne faisant que deux personnes.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Diagnostic (n) : L’art de déterminer l’état financier du patient, afin de savoir à quel point le rendre malade.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Destin (n) : Puissance qui gouvernerait les affaires, surtout invoquée par les humains à la dérive pour excuser leurs échecs.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Impiété : Votre irrévérence envers mon dieu.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Indiscrétion : Culpabilité féminine.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Accordéon : Instrument en harmonie avec les sentiments d’un assassin.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Main (n): Instrument de forme étrange porté à l’extrémité du bras de l’homme et généralement fourré dans la poche de quelqu’un.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Labeur (n): Un des procédés par lesquels A gagne des biens pour B.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Homme (n.): Animal si profondément plongé dans la contemplation extatique de ce qu’il croit être qu’il en oublie totalement ce qu’il devrait être. Son occupation principale consiste à exterminer les autres animaux et ceux de son espèce…

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Excentricité (n): Méthode de distinction si peu coûteuse que les sots l’utilisent pour accuenter leur incapacité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

«Enterre la hachette, irascible Rouge, Car la paix est bénédiction», dit l’Homme blanc. Le sauvage obéit, et enterra son arme, Avec les rites dus, dans le crâne du Blanc.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Religion: fille de l’Espoir et de la Crainte qui enseigne à l’Ignorance la nature de l’Inconnaissable.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Opéra: Pièce représentant la vie dans un autre monde, dont les habitants n’ont pas de discours mais des chansons, pas de mouvements mais des gestes, pas de postures mais des attitudes.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bravos: Monnaie avec laquelle la populace paie ceux qui la flattent et la dévorent.

Le Dictionnaire du Diable (1911)