Acceuil / Citation

Citations de : Ambrose Bierce

Journal intime: Relation quotidienne de la partie de notre existence que nous pouvons nous raconter sans rougir.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Jaloux: Qui s’intéresse indûment à la préservation de quelque chose qui ne peut être perdu que s’il n’est pas bien gardé.

Imagination: Entrepôt d’idées, dont le poète et le menteur sont copropriétaires.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, mais il y a aussi tout un tas de vieux trucs que nous ignorons.

Hypocrite: Personne qui, professant des vertus qu’il ne respecte pas, rend évident l’avantage de sembler être ce qu’il dédaigne.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Habitude: Entrave à la liberté.

Félicitations: Politesse de la jalousie.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Fantôme: Signe extérieur évident d’une frayeur interne.

Excuser (s’): Poser les fondations d’une future offense.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Excentricité: Manière de se faire valoir qui est si facile à mettre en oeuvre que les imbéciles l’utilisent pour mettre en relief leur nullité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Erudition: Poussière tombée d’un livre dans un crâne vide.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Epousée: femme qui a un bel avenir de bonheur derrière elle.

Education: Ce qui révèle, dans les manières et les façons d’un imbécile, son manque d’intelligence.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Ecriture: Livres sacrés de notre sainte religion, à ne pas confondre avec les récits profanes et mensongers sur lesquels sont fondés toutes les autres croyances.

Duel: Formalité préliminaire à la réconciliation de deux ennemis.

Diplomatie: L’art patriotique de mentir pour son pays.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Cynique: Grossier personnage dont la vision déformée voit les choses comme elles sont, et non comme elles devraient être. De là l’ancienne coutume scythe d’arracher les yeux d’un cynique pour améliorer sa perspective.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Connaissance: personne que l’on connaît assez pour lui emprunter de l’argent, mais pas assez pour lui en prêter.

Citation: Répétition erronée d’une déclaration d’autrui. Extrait repris avec des erreurs.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Chiure de mouche: Signe primitif de ponctuation.

Blé: céréale dont on arrive, non sans peine, à tirer un assez bon whisky et qu’on utilise pour faire du pain.

Ardeur: Etat particulier de l’amour sans l’expérience.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Antipathie: Sentiment que nous inspire l’ami d’un ami.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Adage: Sagesse désossée pour dents branlantes.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Absurdité: Affirmation manifestement incompatible avec son opinion propre.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Curiosité: Vilain défaut de l’esprit féminin. L’envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l’une des passions les plus actives et les plus insatiables de l’âme masculine.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Critiques: L’une des nombreuses méthodes qu’affectionnent les imbéciles pour perdre leurs amis.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Corsaire: Politicien des mers.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Consulter: Rechercher l’approbation d’autrui pour un projet déjà bien arrêté.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Consolation: Lorsque l’on constate qu’un homme meilleur est plus infortuné que soi.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Connaisseur: Spécialiste qui sait tout à propos d’une chose et rien à propos de tout le reste.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Confident(e): Personne instruite par A des secrets de B, confiés personnellement par ce dernier à C.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Conférencier: Homme qui met sa main dans sa poche, sa langue dans votre oreille et sa foi dans votre patience.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Compromis: Sorte d’ajustement d’intérêts divergents qui consiste à donner à chaque adversaire la satisfaction de penser qu’il a eu ce qu’il ne devait pas obtenir, et qu’il n’est privé de rien, sinon de ce qui lui était véritablement dû.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Commerce: Sorte de transaction à travers laquelle A dépouille B des biens de C et en compensation de laquelle B soulage des poches de D de l’argent de E.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Réflexion: Démarche de l’esprit à travers laquelle nous percevons avec clarté notre relation avec les événements du passé, et qui nous rend capable d’éviter à l’avenir les périls que nous ne rencontrerons plus.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Reconsidérer: Chercher une justification pour une décision déjà prise.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Distance: La seule chose que les riches soient prêts à accorder aux pauvres, en souhaitant qu’ils la gardent.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Insurrection: Révolution qui a échoué. Tentative infructueuse pour substituer le désordre à un mauvais gouvernement.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Prier: Demander que les lois de l’univers soient annulées en faveur d’un unique pétitionnaire, indigne de son propre aveu.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Déluge: Premier essai remarqué de baptême collectif, qui lessiva tous les péchés (et les pécheurs) de la création.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Inventeur: Personne qui fait un ingénieux arrangement de roues, de leviers et de ressorts, et qui croit que c’est la civilisation.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Kleptomane: Riche voleur.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Persévérance: Humble vertu qui permet aux médiocres de parvenir à un succès peu glorieux.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Patriotisme: Matériau combustible susceptible de servir de torche à quiconque ambitionne d’illuminer son nom.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Radiesthésiste: Personne qui utilise une baguette divinatoire pour prospecter le métal précieux dans la poche d’un imbécile.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Violon: Instrument qui titille les oreilles humaines par le frottement d’une queue de cheval sur les boyaux d’un chat.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Clarinette: Instrument de torture utilisé par une personne qui a du coton dans les oreilles. Il y a deux instruments qui sont pires qu’une clarinette – deux clarinettes.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Homéopathe: L’humoriste de la profession médicale.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Whangdepootenawah: Dans la langue Ojibwa, désastre. Affliction inattendue qui frappe très très fort.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Foi: Croyance sans preuve dans ce qui est affirmé par quelqu’un qui parle sans savoir, ou qui pense sans comparer.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bébé: Créature difforme à l’âge, au sexe et à la condition indéterminés, hautement remarquable par la violence des sympathies et des antipathies qu’elle provoque chez les autres, sans exprimer elle-même de sentiment ni d’émotion.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Conservateur: Politicien qui affectionne les maux existants, qu’il ne faut pas confondre avec le Libéral qui souhaite les remplacer par d’autres.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Destinée: Justification du Tyran pour ses crimes, excuse de l’imbécile pour ses échecs.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Raseur: Personne qui vous parle quand vous souhaitez qu’elle écoute.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Conversation: Foire où chacun propose ses petits articles mentaux, chaque exposant étant trop préoccupé par l’arrangement de ses propres marchandises pour s’intéresser à celles de ses voisins.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bonheur: Agréable sensation qui naît de la contemplation de la misère d’autrui.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Réalisme: Art de dépeindre la nature telle qu’elle est vue par les crapauds. Charme qui ressort d’un paysage peint par une taupe, ou d’une histoire écrite par un asticot.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Singe: Animal arboricole qui se sent également très à l’aise dans les arbres généalogiques.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Chat: Automate doux et indestructible fourni par la Nature pour prendre des coups de pied quand quelque chose ne va pas dans le cercle familial.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Nous connaissons mieux nos propres besoins que ceux des autres. Satisfaire les siens relève de la bonne gestion.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

La femme serait plus charmante si l’on pouvait tomber dans ses bras sans tomber dans ses mains.

Epigrammes

Une personne qui parle lorsque vous désirez qu’elle vous écoute.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Administration: dans les affaires publiques, ingénieuse abstraction conçue pour recevoir les attaques et les coups destinés au Premier Ministre ou au Président. Ecran à l’épreuve des malotrus et des tracassiers.

Amitié: Embarcation assez grande pour porter deux personnes par beau temps, mais une seule en cas de tempête.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bouche: chez l’homme, la porte d’entrée de l’âme; chez la femme, l’issue du coeur.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Voisin: Personne qu’on nous demande d’aimer comme nous-mêmes, et qui fait tout ce qu’il peut pour nous faire désobéir.

Vieillesse: période de notre existence pendant laquelle nous composons avec les vices que nous chérissons encore, en vitupérant ceux que nous n’avons plus la hardiesse de pratiquer.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Vénération: attitude spirituelle d’un homme à l’égard de Dieu, et d’un chien à l’égard de l’homme.

Vanité: Hommage d’un sot au premier imbécile venu.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Tu n’embrasseras pas la femme de ton voisin, sauf si la tienne a succombé à ses caresses.

Société: système ingénieux pour obtenir des bénéfices individuels sans responsabilité individuelle.

Rien n’est plus logique que la persécution. La tolérance religieuse est une sorte de manque de foi.

Collected Works, VIII

Raisonner: Peser des probabilités sur la balance du désir.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Qu’est-ce qu’un abstinent après tout? Un faible qui cède à la tentation de se refuser un plaisir.

Présage: Signe que quelque chose arrivera si rien ne se passe.

Politesse: Forme la plus acceptable de l’hypocrisie.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Philosophie: route qui mène de nulle part à rien.

Patience: Forme mineure de désespoir, déguisée en vertu.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Opposition: En politique, le parti qui empêche le gouvernement de s’emballer en lui coupant les jarrets.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Ne remets jamais au lendemain ce que tu peux ne pas faire du tout.

Lycée: 1/ Ecole antique où l’on s’entretenait de morale et de philosophie. 2/ Ecole moderne où l’on discute de football.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Longévité: prolongation peu commune de la crainte de la mort.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

La persévérance est une vertu obscure qui permet la médiocrité d’obtenir un succès sans gloire.

La jarretière est un ruban élastique destiné à empêcher une femme de sortir de ses bas et de désoler le pays.

Evangéliste: Porteur de bonnes nouvelles, particulièrement (dans un sens religieux) de celles qui assurent notre propre salut et la damnation de nos voisins.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Savoir: Forme d’ignorance qui distingue les studieux.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

La beauté chez les femmes et la distinction chez les hommes ont ceci en commun: ils sont pour l’imbécile une forme de crédibilité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

La satiété est un sentiment qu’on éprouve pour une assiette après avoir mangé son contenu.

L’orthographe est une science qui consiste à écrire les mots d’après l’oeil et non d’après l’oreille.

En diplomatie, l’ultimatum est la dernière exigence avant les concessions.

Abstinent: personne faible qui cède à la tentation de se refuser un plaisir.

Interprète: Individu qui permet à deux personnes de langues différentes de se comprendre mutuellement, en répétant à chacune ce qu’il aurait été intéressant pour l’interprète que l’autre eût déclaré.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Intention: Prévalence dans l’esprit d’un ensemble d’influences sur un autre ensemble; effet dont la cause est l’imminence, immédiate ou lointaine, de l’exécution d’un acte involontaire.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Injustice: Fardeau qui, de tous ceux que nous chargeons sur d’autres et transportons nous-mêmes, est le plus léger dans les mains et le plus lourd sur l’échine.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Ingrat: Individu qui reçoit un avantage d’un autre, ou qui est un objet de charité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Indifférent: Imparfaitement sensible aux distinctions entre les choses.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Index: Doigt pointé qui, si on le suit, montre deux malfaiteurs.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Emancipation: Changement de tutelle de la tyrannie d’autrui au despotisme de soi-même.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Eloquence: Art de convaincre les imbéciles par la parole de ce que le cheval blanc d’Henri IV est effectivement blanc. Cela inclut le talent de prouver que le cheval blanc est également de n’importe quelle autre couleur.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Egotiste: Personne de goût médiocre, plus intéressée par elle-même que par moi.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Egoïste: Dénué de respect pour l’égoïsme des autres.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Discussion: Moyen de confirmer les autres dans leurs erreurs.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Deux fois: Une fois de trop.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Détresse: Maladie contractée à l’exposition de la prospérité d’un ami.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Dérision: Manière de montrer que la personne qui en subit les attaques est dénuée des heureuses qualités qui distinguent ceux qui l’attaquent.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Dentiste: Prestidigitateur qui, tout en mettant du métal dans votre bouche, subtilise des pièces dans votre poche.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Dédain: Sentiment d’un homme prudent envers un ennemi qui est trop formidablement à l’abri pour être attaqué.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Comestible: Susceptible d’être mangé et digéré, comme un ver pour un crapaud, un crapaud pour un serpent, un serpent pour un cochon, un cochon pour l’homme et l’homme pour le ver.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Clairvoyance: Capacité pour une personne, généralement féminine, de voir ce qui est invisible pour son patron – à savoir que c’est un abruti.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Cirque: Endroit où les chevaux, les poneys et les éléphants sont autorisés à voir des hommes, des femmes et des enfants se conduire comme des idiots.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Ciel: Endroit où les méchants cessent de vous assommer avec la bavardage de leurs affaires personnelles, et où les gentils écoutent avec attention tandis que vous exposez les vôtres.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Chrétien: Personne qui croit que le Nouveau Testament est un livre d’inspiration divine admirablement adapté aux besoins spirituels de son voisin. Personne qui suit les enseignements du Christ tant qu’ils ne sont pas incompatibles avec une vie de péché.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Chemin de fer: Le plus important des dispositifs mécaniques qui nous permettent de nous déplacer de là où nous sommes à là où nous ne serons pas mieux.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Cerveau: Appareil avec lequel nous pensons que nous pensons.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Canon: Instrument utilisé dans la rectification des frontières nationales.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Calomnier: Attribuer malicieusement à quelqu’un les actions vicieuses que l’on n’a pas eu la tentation ou l’opportunité de commettre soi-même.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bruit: Puanteur dans l’oreille. Musique non domestiquée. Produit principal et signe authentique de civilisation.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Et en effet, le bons sens vient aisément prouver – Et les faits confirmer sans conteste que les hommes – Ne sont pas tous menteurs; il en est qui sont morts.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bien-être: Etat d’esprit produit par la contemplation des ennuis d’autrui.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Beauté: Pouvoir qui permet à la femme de charmer un amoureux et de terrifier un mari.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Bataille: Manière de défaire avec les dents un noeud politique qui ne veut pas céder avec la langue.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Avouer: Confesser une faute. Dévoiler les fautes d’autrui est un grand devoir imposé par l’amour de la vérité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Autosatisfaction: Evaluation erronée.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Auto-évident: Evident pour une seule personne à l’exclusion de toute autre.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Assisté: Individu qui compte sur la générosité publique pour un soutien que vous-mêmes n’êtes pas en position de pouvoir obtenir.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Aphorisme: Sagesse prédigérée.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Amour: Folie temporaire que l’on peut guérir par le mariage ou en retirant le patient du champ d’influence qui est à la source de l’indisposition.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Amnistie: Magnanimité d’un pays envers des coupables qu’il serait trop onéreux de sanctionner.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Alliance: En politique internationale, union de deux voleurs qui ont leurs mains si profondément enfoncées dans les poches l’un de l’autre qu’il leur est difficile de s’en prendre séparément à un troisième.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Accomplissement: La fin de l’effort et le début de l’ennui.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Aborigènes: Personnes de moindre importance qui encombrent les paysages d’un pays nouvellement découvert. Ils cessent rapidement d’encombrer; ils fertilisent le sol.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Quand on veut, on pourrait.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Armure: Sorte d’habit porté par un homme dont le tailleur est un forgeron.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Seul: En mauvaise compagnie.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Poker: Jeu qui semble se jouer avec des cartes et dans un but que le lexicographe ignore absolument.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Mariage: Communauté composée d’un maître, d’une maîtresse et de deux esclaves, l’ensemble ne faisant que deux personnes.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Exilé: Personne qui sert son pays en résidant à l’étranger, sans être pour autant ambassadeur.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Vilain défaut de l’esprit féminin: L’envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l’une des passions les plus actives et les plus insatiables de l’âme masculine.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

La politique est la conduite des affaires publiques pour le profit des particuliers.

Un dépôt est une contribution charitable à l’avenir de votre banque.

Sénat: Groupe de gentlemen d’un certain âge chargés de hautes responsabilités et de sombres méfaits.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Un plébiscite est un vote populaire destiné à bien établir l’autorité du souverain.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Paix: Dans les affaires internationales, période de duperie entre deux périodes de combats.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Ministre: Personne qui agit avec un grand pouvoir et une faible responsabilité.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Emeute: Divertissement populaire donné pour des militaires par des spectateurs innocents.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Dictateur: Chef d’une nation qui préfère la pestilence du despotisme à la plaie de l’anarchie.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

On reconnaît un homme à la façon dont il gère son entreprise.

Soumission: patience dans l’inconfort, mais dans l’espoir d’une revanche qui en vaille la peine.

Un bon conseil vaut mieux que de le suivre.

Travail: l’un des processus par lesquels A accroît la propriété de B.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Un saint est un pécheur mort, revu et corrigé.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Les femmes seraient charmantes si on pouvait tomber dans leurs bras sans tomber dans leur mains.

Collected Works, VIII

Mammifères (n.): Famille d’animaux vertébrés dont les femelles, à l’état de nature, allaitent leurs petits, mais, une fois civilisées et éclairées, les confient à une nourrice ou utilisent un biberon.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Un égocentrique est une personne de bien peu de goût, beaucoup plus intéressée par elle-même que par moi.

Souris: Animal dont le chemin est jonché de femmes évanouies.

La recrue est celui qui se distingue d’un civil par son uniforme et d’un soldat par sa démarche.

Bacchus: Divinité complaisante inventée par les anciens pour excuser leurs excès de boisson.

Lundi: Dans les pays chrétiens, lendemain du jour du tiercé.

Généalogie: liste des ascendants de quelqu’un, partir d’un lointain ancêtre qui ne se souciait guère en son temps d’établir la sienne.

Le vrai égoïste est celui qui n’a aucune considération pour l’égoïsme d’autrui.

Baromètre: ingénieux instrument qui nous indique le temps qu’il fait.

Piéton: partie changeante (et audible) de la chaussée pour une automobile.

Air: substance nutritive fournie par une généreuse Providence pour engraisser les pauvres.

Le surmenage est une dangereuse maladie affectant les hauts fonctionnaires désireux d’aller à la pêche.

Guillotine: machine qui, à juste titre, fait hausser les épaules à un Français.

Epitaphe: Inscription sur une tombe, montrant que les vertus acquises par le trépas ont un effet rétroactif.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Condoléances: Manière de démontrer que le deuil est un moindre mal à côté de la sympathie.

Bourreau: Dans certains Etats d’Amérique, ses fonctions sont désormais assurées par un électricien.

Cimetière: Coin de banlieue isolé où les parents du disparu rivalisent de mensonges, où les poètes écrivent à la cible, et où les tailleurs de pierre prennent l’orthographe pour objet de leurs paris.

Cadavre: Produit fini dont nous sommes la matière première.

Le dos est la partie du corps de vos amis que vous avez le privilège de contempler dans l’adversité.

Maladie qui rend le patient incapable de tenir sa langue quand vous avez envie de parler.

Les calamités sont de deux sortes: le malheur qui nous atteint et le coup de chance qui arrive aux autres.

Le bonheur est une sensation agréable que nous éprouvons au spectacle du malheur d’autrui.

Ignare: Personne ignorante peu familiarisée avec certains domaines du savoir qui vous sont familiers, et qui ont des domaines de prédilection auxquels vous n’entendez rien.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Histoire: Compte rendu hautement douteux d’événements historiques hautement futiles, causés par des chefs d’une haute scélératesse et des soldats particulièrement stupides.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Hier: Enfance de la jeunette, jeunesse de la maturité, passé révolu de la vieillesse.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Frontières: En géographie politique, ligne imaginaire entre deux nations, séparant les droits imaginaires de l’une des droits imaginaires de l’autre.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Fidélité: Vertu particulière de ceux qui ne sont pas loin d’être trompés.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Faire plaisir: Poser les fondations d’une structure de contrainte.

Le Dictionnaire du Diable (1911)

Expérience: Lucidité qui nous permet de reconnaître comme une fâcheuse vieille connaissance la folie que nous venons de commettre.

Le Dictionnaire du Diable (1911)