Acceuil / Citation

Citations de : Alphonse Daudet

O choses de mon enfance, quelle impression vous m’avez laissée!

Le Petit Chose (1868)

Enfants d’un jour, ô nouveau-nés, – Pour le bonheur que vous donnez – A vous voir dormir dans vos langes, – Espoir des nids, – Soyez bénis, – Chers anges.

Les Amoureuses, Aux petits enfants

Morte!… morte!… Il y a de ces mots qu’on prononce sans pouvoir les comprendre.

Le frère aîné

Il y a parfois du courage à fuir…

Le frère aîné

Au pays de fleurs, plus on est petit, plus on embaume.

Les absents

Les larmes entretiennent les plaies, elles ne les cicatrisent pas.

La dernière idole

Voyez-vous, mes enfants, quand le blé est mûr, il faut le couper; quand le vin est tiré, il faut le boire.

Lettres de mon moulin (1866)

Que de gens sur la bibliothèque desquels on pourrait écrire: «usage externe», comme sur les fioles de pharmacie!

Où serait le mérite, si les héros n’avaient jamais peur?

Tartarin de Tarascon (1872)

Les femmes sont héroïques pour souffrir dans le monde, leur champ de bataille.

La Doulou

Les femmes aiment à consoler, et porter ses chagrins de coeur en écharpe est la meilleure façon de réussir auprès d’elles.

Le jour, c’est la vie des êtres, mais la nuit, c’est la vie des choses.

Lettres de mon moulin (1866)

La vie, c’est une boite d’instruments qui piquent et coupent. A toute heure nous nous ensanglantons les mains.

La meilleure façon d’imposer une idée aux autres, c’est de leur faire croire qu’elle vient d’eux.

La haine, c’est la colère des faibles!

Lettres de mon moulin (1866)

La gourmandise commence quand on n’a plus faim.

Lettres de mon moulin (1866)

L’oeuvre qu’on portait en soi paraît toujours plus belle que celle qu’on a faite. Tant de choses se perdent en ce voyage de la tête à la main!

Les Contes du lundi (1875)

L’homme du Midi ne ment pas, il se trompe. Il ne dit pas toujours la vérité, mais il croit la dire… Son mensonge à lui, ce n’est pas du mensonge, c’est une espèce de mirage…

L’épithète doit être la maîtresse du substantif, jamais sa femme légitime.

Il y a deux Midi. Le Midi bourgeois, le Midi paysan. L’un est comique, l’autre est splendide.

Les Carnets inédits

En France tout le monde est un peu de Tarascon.

Tartarin de Tarascon (1872)

A quinze ans, vingt ans tout au plus, on est déjà achevé d’imprimer.

Malgré mes efforts pour être calme, j’arrosais mon pâté de larmes silencieuses.

Le Petit Chose (1868)

Il s’arrêta net. Mon regard lui cloua ses phrases menteuses sur les lèvres.

Le Petit Chose (1868)

A chaque louis qu’elle changeait, c’était un effort, un arrachement, comme si elle donnait des pierres de son mas.

Numa Roumestan (1883)

Toutes connues, archi-connues, banales à faire pleurer, ces effigies des fêtes parisiennes.

L'Immortel (1888)

Décidément cette chambre est triste. Les grosses araignées du matin, qu’on appelle pensées philosophiques, ont tissé leurs toiles dans tous les coins.

Lettres de mon moulin (1866)

Puis, faisant appel à tout mon courage, j’entrai dans notre chambre d’un air délibéré.

Le Petit Chose (1868)

Comment! On t’offre une place de chroniqueur dans un bon journal de Paris, et tu as l’aplomb de refuser …

Lettres de mon moulin (1866)

A la maison on ne s’apercevait de rien; mais moi, je voyais bien que Jacques avait quelque chose.

Le Petit Chose (1868)

Cette pensée ne le quittait plus. C’était une obsession, une angoisse perpétuelle.

Le Petit Chose (1868)

Sa mule, mise en train par la musique, prenait un petit amble sautillant.

Lettres de mon moulin (1866)

Enivré de ces rumeurs, soulevé par cet enthousiame ambiant, le bon Numa ne tenait plus en place.

Numa Roumestan (1883)

Sa tête alourdie de sommeil qui s’appuyait contre moi.

Lettres de mon moulin (1866)

Eh bien, mon petit, ça va-t-il comme vous voulez, ce canal de Suez?

Fromont jeune et Risler aîné (1874)

Un petit vieux, frétillant, sec, tout en nerfs, alerte et gai comme une abeille.

Le Petit Chose (1868)

Les perdreaux vont par bandes et nichent ensemble aux creux des sillons, pour s’enlever à la moindre alerte …

Les Contes du lundi (1875)

Du dehors, la maison n’avait l’air de rien.

Tartarin de Tarascon (1872)

Il faut voir de quel air il dit cela: gagner honorablement sa vie!

Le Petit Chose (1868)

Elle avait été habituée par son père à ce perpétuel «en l’air» de la vie de commerce …

Fromont jeune et Risler aîné (1874)

Les ailes vibraient toujours, mais la meule tournait à vide.

Lettres de mon moulin (1866)

Il répondit que sa bienveillance m’était acquise et qu’il m’aiderait volontiers de ses conseils.

Le Petit Chose (1868)

Je vais t’envoyer dans un collège communal… Là tu feras ton apprentissage d’homme, tu t’aguérriras au métier…

Le Petit Chose (1868)

Nous restâmes là un moment agenouillés. Le patron priait à haute voix …

Lettres de mon moulin (1866)

Ses cheveux … l’embellissaient encore, en adoucissant ce que son visage avait d’un peu fier et de presque dur.

Le Petit Chose (1868)

D’adorables senteurs d’orangers et de thuyas montent de la plaine.

Lettres de mon moulin (1866)

Messieurs et chers administrés, dit le sous-préfet de sa voix de cérémonie.

Le sous-préfet aux champs

M. Viot répondit que sa bienveillance m’était acquise.

Le Petit Chose (1868)

Un tuyau acoustique perfectionné devait lui amener là-haut tous les bruits du rez-de-chaussée, jusqu’aux conversations des domestiques.

Fromont jeune et Risler aîné

Deux yeux froids et brillants comme l’acier.

Le Petit Chose (1868)

Ce qui l’acheva, ce fut d’apprendre que Daniel, en son nom, avait emprunté de l’argent à l’imprimeur.

Le Petit Chose (1868)

Le vent s’était acharné après nous, et la mer ne décolérait pas.

Lettres de mon moulin (1866)

A mesure qu’il parlait, il se sentait le coeur plus libre, cela le soulageait de s’accuser.

Les Contes du lundi (1875)

Une femme forte, qui ne croit ni à Dieu ni au diable, mais qui accepte aveuglément les prédictions des somnambules et du marc de café.

Le Petit Chose (1868)

Relevant un peu sa belle robe du dimanche qui aurait pu s’abîmer, elle entra.

Lettres de mon moulin (1866)

Un petit vieux frétillant, sec, tout en nerfs, alerte et gai comme une abeille.

Le Petit Chose (1868)

Des volées de petits moineaux s’abattaient sur cette moisson perdue.

Les Contes du lundi (1875)

La mauvaise fortune, au lieu de l’abattre, l’exaspéra.

Le Petit Chose (1868)

Il abattait à lui seul le travail de dix journaliers.

Lettres de mon moulin (1866)

Les grandes cours abandonnées, que l’herbe envahissait déjà.

Le Petit Chose (1868)

Mon père ma dit que l’aventure la plus grande est de trouver une femme.

Le prisonnier voit la liberté plus belle qu’elle n’est.

Le seul menteur du Midi, s’il y en a un, c’est le soleil. Tout ce qu’il touche, il l’exagère.

M. Seguin n’avait jamais eu de bonheur avec ses chèvres. Il les perdait toutes de la même façon: un beau matin, elles cassaient leur corde, s’en allaient dans la montagne, et là-haut le loup les mangeait.

Lettres de mon moulin (1866)

Quand je vois arriver la nuit, j’en ai les sueurs qui me prennent, comme l’âne de Capitou quand il voyait venir le bât.

Lettres de mon moulin (1866)

L’air glorieux et le regard distrait des hommes que les reines ont aimés.

Lettres de mon moulin (1866)

Le petit Dauphin est malade, le petit Dauphin va mourir. Dans toutes les églises du royaume, le Saint-Sacrement demeure exposé nuit et jour et de grands cierges brûlent pour la guérison de l’enfant royal.

Lettres de mon moulin (1866)

Le tic-tac des horloges, on dirait des souris qui grignotent le temps.

La pièce du bas avait le même air de misère et d’abandon.

Lettres de mon moulin (1866)

Les hommes vieillissent, mais ne mûrissent pas.

Renan est une cathédrale désaffectée.

Tout est gris, noir ou blanc, dans une neutralité de teinte qui accompagne les choses rêvées plutôt que les choses vues.

Les Contes du lundi (1875)

La vie l’épouvantait à présent; il se sentait faible et désarmé devant elle, et il pleurait, pleurait.

Le Petit Chose (1868)

Et, leste comme un perdreau, elle trotte, elle se dépêche.

Les Contes du lundi (1875), Les mères

Ils me demandèrent comme une grâce de monter tous deux ensemble au moulin, pour parler au grand-père.

Lettres de mon moulin (1866), Le secret de Maître Cornille

Faisant appel à tout mon courage, j’entrai dans notre chambre d’un air délibéré.

Le Petit Chose (1868)

Un joli bois de pins tout étincelant de lumière dégringole devant moi jusqu’au bas de la côte.

Lettres de mon moulin (1866)

J’essayai de dégager ma main de celle de mon père; lui croyant que j’avais glissé, me serra plus fort.

Le Petit Chose (1868)

Oui, monsieur, en plein midi… Mais dame! avec la brume de mer ce plein midi-là ne valait guère mieux qu’une nuit noire comme la gueule d’un loup…

Lettres de mon moulin (1866)

Sous un petit dais de velours rouge, marchait le prêtre, portant l’hostie et les saintes huiles.

Le Petit Chose (1868)

Aussi, je vous prie de croire que les révolutionnaires n’étaient pas en odeur de sainteté dans la maison Eyssette.

Le Petit Chose (1868)

Enfants d’un jour, ô nouveau-nés,Au paradis, d’où vous venez,Un léger fil d’or vous rattache.

Les Amoureuses (1858), Aux Petits Enfants

A perte de vue les champs étaient couverts de criquets, de criquets énormes, gros comme le doigt.

Les sauterelles

Les crânes bouillaient sous le soleil à faire sauter tous leurs couvercles.

Tartarin de Tarascon (1872)

Ah! le décor a beau changer, la pièce sera toujours la même: vanité, bassesse, aptitude aux courbettes, courtisanesque besoin de s’avilir, de s’aplatir!

L'Immortel (1888)

Et la légende court, se répand, s’enjolive.

Numa Roumestan (1883)

Puis, partout les taches vertes, bleues, rouges des cordons, l’argent mat et les feux en étoiles des brochettes et des plaques.

L'Immortel (1888)

Le vent d’est s’était acharné après nous, et la mer ne décolérait pas.

Lettres de mon moulin (1866)

Il entama ensuite de longues déclamations sur la gravité de mes nouveaux devoirs.

Le Petit Chose (1868)

Il restait là, taciturne et triste comme sont les grands comiques, l’oreille fermée à toutes les trivialités qui bourdonnait à ses côtés.

Le Petit Chose (1868)

C’est si bien le coin que je cherchais, un petit coin parfumé et chaud, à mille lieues des journaux, des fiacres, du brouillard …

Lettres de mon moulin (1866)

Nous passâmes cette première soirée chez nous, assis au coin du feu comme en hiver.

Le Petit Chose (1868)

Et pourtant c’eût été si bon, au milieu de tant de deuils et de tristesse d’avoir un peu d’amour pour se chauffer le coeur!

Le Petit Chose (1868)

J’errai un moment parmi les grands corridors tout noirs, tâtant les murs pour essayer de retrouver mon chemin.

Le Petit Chose (1868)

Et pourtant c’eût été si bon, au milieu de tant de deuils et de tristesse, d’avoir un peu d’amour pour se chauffer le coeur!

Le Petit Chose (1868)

Quand on est bien lesté, on se lève, on siffle les chiens, on arme les fusils, et on se met en chasse.

Tartarin de Tarascon (1872)

Il eut un moment d’effusion et me serra chaleureusement les deux mains.

Le Petit Chose (1868)

Il la trouvait toujours là, casanière, inactive dans leur petit logis comme une femme d’Orient.

Sapho: moeurs parisiennes (1884)

Sa facile humeur, la vivacité de son caprice le jetaient à la tête du premier venu et le reprenaient aussi lestement.

Numa Roumestan (1883)

Le tourment et le sommeil ne sont pas camarades de lit.

Le Petit Chose (1868)

De fait, peu à peu les bâtons commençaient à marcher plus droit, la plume crachait moins, et il y avait moins d’encre sur les cahiers.

Le Petit Chose (1868)

Un de ces êtres minutieux qui installent dans toute leur vie l’exactitude de l’heure du bureau et l’ordre des cartons étiquetés.

Les Contes du lundi (1875)

Oh! les pleins midis tombant d’aplomb sur la rivière, il me semble qu’ils me brûlent encore.

Les Contes du lundi (1875), Le pape est mort

C’étaient des cheveux blonds, d’un blond cendré, d’un blond de poudre, et il y en avait, et ils étaient fin, un brouillard d’or autour de la tête.

Le Petit Chose (1868)

Je ne sais rien faire de mes bras… je ne paie pas ma place au soleil de la vie.

Le Petit Chose (1868)

Depuis lors, quand il me parla, ce fut toujours du bout des lèvres, d’un air méprisant.

Le Petit Chose (1868)

Avec son air bourru, c’était le meilleur homme du monde.

Le Petit Chose (1868)

Tartarin donna deux cents francs; l’âne en valait bien dix. C’est le prix courant des bourriquots sur les marchés arabes.

Tartarin de Tarascon (1872)

Il y a à peine huit jours que je suis installé, j’ai déjà la tête bourrée d’impressions et de souvenirs.

Lettres de mon moulin (1866)

Il n’entend rien non plus, rien qu’un bourdonnement sourd, un roulement confus, comme s’il avait pour oreilles deux coquilles marines, de ces grosses coquilles à lèvres roses où l’on entend ronfler la mer.

Le Petit Chose (1868)

Ce qu’on appelle eau bouillie, à Tarascon, c’est quelques tranches de pain noyées dans de l’eau chaude, avec une gousse d’ail, un peu de thym, un brin de laurier.

Tartarin de Tarascon (1872)

De larges tranches de pain coupées sur de petites assiettes de terre rouge, et l’on était là autour de la marmite, l’assiette tendue, la narine ouverte … je n’ai jamais rien mangé de meilleur que cette bouillabaisse de langoustes.

Les Contes du lundi (1875), Paysages gastronomiques

Jacques se mit à border le lit activement, avec un soin de vieille fille.

Le Petit Chose (1868)

Oh! quel bonheur… comme vous êtes gentil… Tenez, maintenant, je puis vous le dire, j’en ai pleuré toute la nuit.

L'Immortel (1888)

Et alors, le prenant à la gorge, je fis si bien, des pieds, des poings, des dents, de tout, que je l’arrachai de sa place et qu’il s’en alla rouler hors de l’étude.

Le Petit Chose (1868)

Et jusqu’au milieu de la rue, Jean Peyrol et sa femme l’accompagnent de leurs bénédictions.

Le Petit Chose (1868)

Ah! ces anciennes maîtresses, une fois mariées, il n’y a pas plus bégueules qu’elles. Depuis que j’en ai fait Madame Bixiou, celle-là s’est crue obligée de devenir bigote, mais à un point!…

Lettres de mon moulin (1866)

Allons! retourne à ta bauge. Fille et faussaire ça va ensemble, j’étais bien bon de vouloir te tirer de cette boue.

Sapho: moeurs parisiennes (1884)

La chaleur était suffocante, d’autant plus qu’on ne sentait pas comme à Indret l’espace et le vent de la mer.

Jack (1876)

Le ciel s’était assombri subitement; un brouillard épais dansait sur le fleuve.

Le Petit Chose (1868)

Du jour de ma naissance, d’incroyables malheurs les assaillirent par vingt endroits.

Le Petit Chose (1868)

Après cinq mois d’asphyxie morale, je humais à pleines narines l’air pur et fort de la vie honnête …

Le Petit Chose (1868)

Souvent, paraît-il, il suffit d’un grand bruit, d’un frémissement sonore de l’air, pour éloigner les sauterelles, les empêcher de descendre.

Lettres de mon moulin (1866)

Ce qui me frappa d’abord, à mon arrivée au collège, c’est que j’étais le seul avec une blouse.

Le Petit Chose (1868)

Le Petit Chose s’arrachant aux étreintes de ses amis franchit bravement la passerelle.

Le Petit Chose (1868)

Les francs-tireurs étaient là avec leurs petits cabans, accroupis au fond d’une fosse pleine d’eau, tout le long du chemin de fer de Soissons.

Les Contes du lundi (1875)

Du reste, ce fragment de ma vie que je passe sous silence, le lecteur ne perdra rien à ne pas le connaître.

Le Petit Chose (1868)

Chacun de nous avait dans une petite armoire un fourniment complet d’ecclésiastique.

Le Petit Chose (1868)

Eh ! faites-la donc, mon Dieu, votre malle, une bonne fois ! qu’on n’entende plus parler de vous…

L'Immortel (1888)

Jacques se met à border le lit activement, avec un soin de vieille fille.

Le Petit Chose (1868)

Et l’ange ouvre et feuillette son grand livre, mouillant son doigt de salive pour que le feuillet glisse mieux…

Lettres de mon moulin (1866), Le curé de Cucugnan

Un jour cependant, ce faquin de marquis se permit de répliquer, en pleine étude, avec une insolence telle que je perdis toute patience.

Le Petit Chose (1868)

La fabrique avait repris son aspect florissant d’autrefois et son grand bourdonnement de ruche.

Fromont jeune et Risler aîné (1874)

Une visite de M. le sous-préfet présageait évidemment quelque chose d’extraordinaire.

Le Petit Chose (1868)

Toute l’aurore de ce matin exceptionnel fut savourée par elle longuement et délicieusement.

Fromont jeune et Risler aîné (1874)

La mauvaise fortune, au lieu de l’abattre, l’exaspéra. Du soir au matin, ce fut une colère formidable qui, ne sachant à qui s’en prendre, s’attaquait à tout, au soleil, au mistral.

Le Petit Chose (1868)

Et nos deux âmes s’étreignirent de toute la force de nos bras.

Le Petit Chose (1868)

Cette vie de petite ville lui pesait, l’étouffait. Le grand homme de Tarascon s’ennuyait à Tarascon.

Tartarin de Tarascon (1872)

Si vous avez jamais passé la nuit à la belle étoile, vous savez qu’à l’heure où nous dormons, un monde mystérieux s’éveille dans la solitude et le silence.

Lettres de mon moulin (1866), Les étoiles

Ils avaient fini par croire que la race des meuniers était éteinte.

Lettres de mon moulin (1866)

C’était une figure éteinte et triste, avec des petits yeux fanés.

Lettres de mon moulin (1866)

Enfin, accablé, épuisé de fatigue et de douleur, je me laissai tomber dans la neige au pied d’un châtaignier.

Le Petit Chose (1868)

A entendre mon père, vous auriez jugé que cette Révolution de 18.. qui nous avait mis à mal, était spécialement dirigée contre nous.

Le Petit Chose (1868)

Sa boutonnière enrubannée, où toutes les académies avaient mis leurs couleurs.

Les Contes du lundi (1875)

Et la légende court, se répand, s’enjolive, un vrai roman de George Sand.

Numa Roumestan (1883)

Nous allons d’une enjambée franchir quatre ou cinq années de sa vie.

Le Petit Chose (1868)

Le houblon, qu’il avait planté lui-même, enguirlandait maintenant les fenêtres jusqu’au toit.

Les Contes du lundi (1875)

Un regard froid, sans expression, plus redoutable que les plus violentes engueulades de bateau-lavoir.

L'Immortel (1888)

«Cinquante mille personnes au moins!» disait le Forum dans sa chronique du lendemain; mais on doit tenir compte de l’enflure méridionale.

Numa Roumestan (1883)

Un apétit d’enfer, figure-toi, de ces faims terribles qui ne peuvent attendre.

Numa Roumestan (1883)

Après quoi, je descendis lentement, regardant attentif autour de moi, comme pour emporter dans mes yeux l’image, toute l’image, de ces lieux que je ne devais plus jamais revoir.

Le Petit Chose (1868)

Si le tourment empêche le sommeil les larmes sont un narcotique.

Le Petit Chose (1868)

La marche devient impossible sous peine de s’égarer.

Tartarin sur les Alpes (1885)

Moi, je répondais de mon mieux à toutes leurs questions, donnant sur mon ami les détails que je savais, inventant effrontément ceux que je ne savais pas.

Lettres de mon moulin (1866)

Le malheureux petit Chose, arraché à son rêve, tombé de son ciel, promenait autour de lui de grands yeux étonnés où se peignait un effarement si naturel, si comique que toute la salle partait d’un gros éclat de rire.

Le Petit Chose (1868)

Il faut croire qu’il y avait dans cette phrase une intention très comique, car l’impériale tout entière partit d’un gros éclat de rire.

Lettres de mon moulin (1866)

C’était un long sentier tout pavé de braise rouge. … à chaque pas, je trébuchais; j’étais tout en eau, chaque poil de mon corps avait sa goutte de sueur, et je haletais de soif.

Lettres de mon moulin (1866)

Une fois au service du Pape, le drôle continua le jeu qui lui avait si bien réussi.

Lettres de mon moulin (1866), La mule du pape

Par moments, je sentais mes yeux se fermer et ma tête devenir lourde; mais impossible de dormir.

Lettres de mon moulin (1866)

Il était si bien dans le dorlotement de cette chambre voluptueuse, si délicieusement étourdi.

Sapho: moeurs parisiennes (1884)

Peu à peu, cependant, la rosée froide se dissipe, la brume s’évapore au soleil.

Les Contes du lundi (1875)

Il faut vous dire qu’en Provence, c’est l’usage, quand viennent les chaleurs, d’envoyer le bétail dans les Alpes.

Lettres de mon moulin (1866)

Il secouait tristement la tête de l’air de dire: «Hélas! je voudrais bien te croire…».

Le Petit Chose (1868)

J’avais pris la diligence de Beaucaire, une bonne vieille patache qui n’a pas grand chemin à faire avant d’être rendue chez elle, mais qui flâne tout le long de la route, pour avoir l’air, le soir, d’arriver de très loin.

Lettres de mon moulin (1866), La diligence de Beaucaire

Avec cette rage d’aventures, ce besoin d’émotions fortes, cette folie de voyages, de courses, de diables au vert, comment diantre se trouvait-il que Tartarin de Tarascon n’eût jamais quitté Tarascon?

Tartarin de Tarascon (1872)

A ce grand savant, à ce diagnostiqueur infaillible parlant de sa mort avec cette assurance tranquille, il n’y avait rien à répondre que d’inutiles banalités.

Numa Roumestan (1883)

Les ailes de son moulin allaient toujours leur train comme devant.

Lettres de mon moulin (1866)

Des ribambelles de petits ânes chargés de sacs montant et dévalant le long des chemins …

Lettres de mon moulin (1866), Le secret de Maître Cornille

On cause du passé, couleur de deuil, de l’avenir, couleur de rose.

Le Petit Chose (1868)

Il était presque fou de peur; et, de l’affaire, sa cervelle en restée détraquée.

Lettres de mon moulin (1866)

Ces visages détendus, abandonnés dans le sommeil.

Les Contes du lundi (1875)

L’escalier, il n’y fallait pas songer: ça se monte encore ces choses-là, mais à la descente, il y aurait de quoi se rompre cent fois les jambes.

Lettres de mon moulin (1866), La mule du pape

Il y a deux Midi. Le Midi bourgeois, le Midi paysan. L’un est comique, l’autre est splendide. Tartarin et l’Arlésienne sont des échantillons de ces deux Midi si différents.

Les Carnets inédits (1931)

Plus de printemps, plus de jeunesse. Ou du moins tous deux aigres, durs, âpres, sans bonté, sans douceur.

Les Carnets inédits (1931)

Je rêvais de m’installer marchand de bonheur en plein Paris.

Soutien de Famille (1897)

La vraie famille est chez les humbles.

Le Nabab (1871)

En France, tout le monde est un peu de Tarascon.

Tartarin de Tarascon (1872), Epigraphe

Mais vous savez ce que nous disons? «Qui se marie par amour, bonne nuit et mauvais jours».

Port-Tarascon: dernières aventures de l'illustre Tartarin (1890)

Si les coeurs qui se brisent et qui saignent étaient autre chose que des façons de parler, à l’usage des poètes, je vous jure qu’on aurait pu trouver derrière moi, sur la plaine blanche, une longue trace de sang.

Le Petit Chose (1868)

Rencontrer des hommes célèbres, échanger avec eux par hasard quelques mots, il n’en faut pas plus pour enflammer l’ambition.

Trente ans de Paris (1888)

L’amour est toujours dévoué, toujours héroïque, toujours capable de grandes choses, prêt à donner sa vie en échange d’un sourire, et je me porte garant pour l’amour.

L'Oeillet blanc (1865)

L’espère! Quel joli nom pour désigner l’affût, l’attente du chasseur embusqué, et ces heures indécises où tout attend, espère, hésite encore entre le jour et la nuit. L’affût du matin un peu avant le lever du soleil, l’affût du soir au crépuscule.

Lettres de mon moulin (1866), En Camargue

Si nous mettions votre tambourinaire dans la pièce ? Il manque un clou, ça pourrait peut-être servir à accrocher le succès.

Trente ans de Paris : à travers ma vie et mes livres (1888)

Pourtant si, c’est une femme, une femme sans courage, un enfant sans raison qu’il ne faut plus jamais laisser seul.

Le Petit Chose (1868)

Ding ! dong ! Levez-vous. Ding ! dong ! Couchez-vous. Ding ! dong ! Instruisez-vous ! Ding ! dong ! Amusez-vous. Et cela pour toute l’année.

Le Petit Chose (1868)

Il n’est pas défendu, en littérature, de ramasser une arme rouillée ; l’important est de savoir aiguiser la lame et d’en reforger la poignée à la mesure.

Trente ans de Paris (1888)

Mais ce sont là de ces imitations inconscientes auxquelles personne n’échappe. Il n’est pas défendu, en littérature, de ramasser une arme rouillée ; l’important est de savoir aiguiser la lame et d’en reforger la poignée à la mesure.

Trente ans de Paris (1888)

Tartarin n’était pas un menteur. Comme tout homme du midi, il ne ment pas, il se trompe !

Tartarin de Tarascon (1872)

Le coeur de l’homme a de ces faiblesses ; il aime ce qu’il peut, même du bois, même des pierres, même une fabrique…

Le Petit Chose (1868)

Ah ! Gringoire, qu’elle était jolie la petite chèvre de M. Seguin ! qu’elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande !…

Lettres de mon moulin (1866), La chèvre de Monsieur Seguin

Mon oncle avait un grand verger Et moi, j’avais une cousine.

Les Amoureuses (1858), Les Prunes

Si vous voulez savoir comment Nous nous aimâmes pour des prunes, Je vous le dirai doucement, Si vous voulez savoir comment.

Les Amoureuses (1858), Les Prunes

C’est qu’ils ne me sortaient plus de la tête, ces grands démons d’yeux noirs. Je les retrouvais partout. J’y pensais toujours, en travaillant, en dormant… C’était une obsession.

Le Petit Chose (1868)

Le soir, on rencontrait par les chemins le vieux meunier poussant devant lui son âne chargé de gros sacs de farine.

Lettres de mon moulin (1866), Le secret de Maître Cornille

L’homme du Midi ne ment pas, il se trompe.

Tartarin de Tarascon (1872)

C’est une petite chambre au cinquième, une de ces mansardes où la pluie tombe droite sur les vitres à tabatière, et qui – la nuit venue, comme maintenant – semblent se perdre avec les toits, dans le noir et dans la rafale.

Les Contes du lundi (1875), La soupe au fromage

Je rêvais de rester là tout le jour, comme un lézard, à boire de la lumière, en écoutant chanter les pins.

Lettres de mon moulin (1866)

La nuit tombe, vous frôle en passant de son aile noire tout humide.

Lettres de mon moulin (1866)

Le dimanche nous allions aux moulins, par bandes. Là-haut, les meuniers payaient le muscat. Les meunières étaient belles comme des reines, avec leurs fichus de dentelles et leurs croix d’or.

Lettres de mon moulin (1866), Le secret de Maître Cornille

A lui voir tant de prudence, n’allez pas croire au moins que Tartarin eût peur… Non! seulement il se gardait.

Tartarin de Tarascon (1872)

Les larmes le gagnaient; il vait hâte de sortir.

Le Petit Chose (1868)

Quelqu’un habitait là pourtant. Une petite fumée bleuâtre, montant de la cheminée de brique qui dépassait un peu le mur, trahissait une existence cachée, discrète et triste, comme la fumée de ce feu de pauvre.

Les Contes du lundi (1875), Maison à vendre

Ce qu’on appelait jadis le vent de Fronde courait dans le Marais.

Les Contes du lundi (1875)