Acceuil / Citation

Citations de : Aloysius Bertrand

Chaque flot est un ondin qui nage dans le courant, chaque courant est un sentier qui serpente vers mon palais, et mon palais est bâti fluide, au fond du lac, dans le triangle du feu, de la terre et de l’air.

Gaspard de la Nuit (1842), Ondine

Les moines tondus se promènent là-bas, silencieux et méditatifs, un rosaire à la main, et mesurent lentement, de piliers en piliers, de tombes en tombes, le pavé du cloître, qu’habite un faible écho.

Gaspard de la Nuit (1842), La cellule

On n’englue pas le diable comme un merle à la pipée.

Gaspard de la Nuit (1842)

Console-toi, tu n’auras pour linceul les bandelettes tachetées d’or d’une peau de serpent, dont je t’emmailloterai comme une momie.

Gaspard de la Nuit (1842)

Mon livre, le voilà tel que je l’ai fait et tel qu’on doit le lire, avant que les commentateurs ne l’obscurcissent de leurs éclaircissements.

Gaspard de la Nuit (1842), Silves, A M. Sainte-Beuve

Et comme le cavalier se penchait, il éborgna son valet du bout de son épée.

Gaspard de la Nuit (1842)

Nous avons tous dans le passé un jour de bonheur qui nous désenchante l’avenir.

Gaspard de la Nuit (1842)

Elles égrènent le rosaire ou nattent leurs cheveux, les brunes Andalouses, nonchalamment bercées au pas de leurs mules.

Gaspard de la Nuit (1842)

Combien la solitude a d’attraits pour le poète.

Gaspard de la Nuit (1842)

L’art a toujours deux faces antithétiques.

Gaspard de la Nuit (1842)

La poésie est semblable à l’amandier: ses fleurs sont parfumées et ses fruits sont amers.

Gaspard de la Nuit (1842)

L’art ayant été pour moi ce qu’est une aiguille dans une meule de foin.

Gaspard de la Nuit (1842)

Le diable existe … On le voit partout comme je vous vois. C’est pour lui épiler mieux la barbe que les miroirs de poche ont été inventés.

Gaspard de la Nuit

Il n’y a pas de serrure dont le crime n’ait la clef.

Gaspard de la Nuit