Acceuil / Citation

Citations de : Alexandre Dumas père

Il faut avoir voulu mourir, pour savoir combien il est bon de vivre.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Voyez comme je suis égoïste, lui dis-je en m’approchant d’elle, je préfère vos larmes à votre sourire; Les larmes sont confiantes, et le sourire est dissimulé; le sourire, c’est le voile sous lequel le coeur se cache pour mentir.

Pauline (1838)

On est toujours honnête femme, avez-vous dit pour me consoler, quand on est fidèle à celui que le coeur a choisi.

Joseph Balsamo (1846)

Les larmes sont confiantes, et le sourire est dissimulé; le sourire, c’est le voile sous lequel le coeur se cache pour mentir.

Pauline (1838)

Avant d’avoir peur, on voit juste; pendant qu’on a peur, on voit double, et après qu’on a eu peur, on voit trouble.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Les amis que nous avons perdus ne reposent pas dans la terre, ils sont ensevelis.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Il est des situations que les hommes saisissent avec leur instinct, mais qu’ils ne peuvent commenter avec leur esprit; le plus grand poète, dans ce cas, est celui qui pousse le cri le plus véhément et le plus naturel.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

O homme! le plus égoïste de tous les animaux, la plus personnelle de toutes les créatures, qui croit toujours que la terre tourne, que le soleil brille, que la mort fauche pour lui tout seul; fourmi maudissant Dieu du haut d’un brin d’herbe!

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Les amis d’aujourd’hui sont les ennemis de demain.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Les coeurs enflammés par les obstacles se refroidissent dans la sécurité!

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Les idées ne meurent pas, sire, elles sommeillent quelquefois, mais elles se réveillent plus fortes qu’avant de s’endormir.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Il n’y a que les renégats de toutes les opinions qui ne sont jamais rebelles à aucun pouvoir.

Mes Mémoires (1863), XXII

La philosophie ne s’apprend pas; la philosophie est la réunion des sciences acquises au génie qui les applique; la philosophie, c’est le nuage éclatant sur lequel le Christ a posé le pied pour remonter au ciel.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Le coeur se brise, lorsque après avoir été dilaté outre mesure par l’espérance à la tiède haleine il rentre et se referme dans la froide réalité!

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Si vous voulez découvrir le coupable, cherchez d’abord celui à qui le crime commis peut être utile!

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Chaque individu, depuis le plus bas jusqu’au plus haut degré de l’échelle sociale, groupe autour de lui tout un petit monde d’intérêts, ayant ses tourbillons et ses atomes crochus, comme les mondes de Descartes.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

C’est que toutes les écritures tracées de la main droite sont variées, c’est que toutes les écritures tracées de la main gauche se ressemblent.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Le monde est-il donc peuplé de tigres, de crocodiles? Oui; seulement les tigres et les crocodiles à deux pieds sont plus dangereux que les autres.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Il y a les sachants et les savants: c’est la mémoire qui fait les uns, c’est la philosophie qui fait les autres.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Je suis venu à Paris avec quatre écus dans ma poche, et je me serais battu avec quiconque m’aurait dit que je n’étais pas en état d’acheter le Louvre.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Il ne faut pas laisser un drapeau aux mains de l’ennemi, même quand ce drapeau ne serait qu’une serviette.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Faible ou forte, répétait Milady, cet homme a donc une lueur de pitié dans son âme; de cette lueur je ferai un incendie qui le dévorera.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Je ne tiens pas assez à la vie pour craindre la mort.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Le coeur de la meilleure femme est impitoyable pour les douleurs d’une rivale.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Les nuances se graduèrent selon le sexe, selon l’âge, selon le caractère, nous dirons presque selon la position sociale des auditeurs.

Les Compagnons de Jéhu (1857)

Ce qui rend malheureux en amour, c’est moins de ne pas être aimé quand on aime, que d’être encore aimé quand on n’aime plus.

Mademoiselle de Belle-Isle (1837)

Il y a de par le monde, du côté des quais, un certain M. Jackal dont la devise est: cherchez la femme.

Les Mohicans de Paris (1854-1855)

Je ne prétends pas qu’un compatriote, un joli cavalier, un brave garçon, fait pour avancer, soit la dupe de toutes ces feintises, et donne comme un niais dans le panneau.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Ah ! mes pauvres amis, murmura d’Artagnan, où êtes-vous? et que vous me faites faute !

Les Trois Mousquetaires (1844)

Celui que les catholiques eux-mêmes appelaient l’exacteur, le concussionnaire, le débauché, et que les puritains appelaient tout simplement Satan.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Les chevaux de Monsieur Faucheux étaient d’honnêtes chevaux du Perche, ayant de gros genoux et des jambes tant soit peu engorgées.

Le Vicomte de Bragelonne ou l'Homme au masque de fer (1848)

Et les fautes des pères retomberont sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération.

Paul Jones (1838)

Il effleurait à peine chaque plat.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Il est bien dur, ajouta-t-elle, que mon mari, qu’un homme sur l’affection duquel je croyais pouvoir compter, me traite aussi disgracieusement, et ne satisfasse point à ma fantaisie.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Il fallait voir cependant comme j’en décousais. Ah! mon ami, on ne fait plus des assauts pareils aujourd’hui.

Le Vicomte de Bragelonne

Alors on entendit un grand bruit de fagots entre-choqués et de poutres gémissantes: c’étaient les contrescarpes et les bastions d’Athos, que l’assiégé démolissait lui-même.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Aramis, pourquoi diable m’avez-vous demandé la casaque, quand vous alliez être si bien sous la soutane?

Les Trois Mousquetaires (1844)

Les voisins les plus proches, entendirent de grands cris, des trépignements, un cliquetis d’épées, et un bris prolongé de meubles.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Plumer quelque peu les jeunes clercs en leur apprenant la bassette, le passe-dix et le lansquenet dans leurs plus fines pratiques.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Vous savez mieux que personne, n’est-ce-pas, que les bandits corses ne sont point des voleurs, mais purement et simplement des fugitifs que quelque vendetta a éxilés de leur ville ou de leur village.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Je voudrais bien savoir pourquoi, au moins. Tu en seras bien plus avancé!

Les Trois Mousquetaires (1844)

A la différence de sa soeur l’architecture, l’archéologie n’érige rien, elle se contente de redresser ce qui s’écroule, de remettre la mort d’aplomb. Son règne est celui du parcellaire et du morcelé.

Le Corricolo (1843)

Elle me résistait, je l’ai assassinée.

Antony (1831)

Porthos jouait serré: c’étaient des glignements d’yeux, des doigts posés sur les lèvres, de petits sourires assasins qui réellement assassinaient la belle dédaignée.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Comme tous les grands seigneurs de cette époque, il montait à cheval et faisait des armes dans la perfection.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Les lustres à girandoles de verre qui … s’irisent de toutes les nuances de l’arc-en-ciel.

Le Collier de la Reine (1849)

Cet ancien soldat, épicier, ménétrier et commis expéditionnaire fut depuis le maréchal Victor, duc de Bethune.

Napoléon Bonaparte

Ainsi, à l’âge de vingt-sept ans, Bonaparte tient d’une main l’épée qui divise les états, et de l’autre la balance qui pèse les rois. Le Directoire a beau lui tracer sa voie, il marche dans la sienne: s’il ne commande pas encore, il n’obéit déjà plus.

Napoléon Bonaparte

Un pays qui, de nos jours encore, lutte contre la civilisation avec une force d’inertie telle, qu’il a conservé son caractère, à défaut de son indépendance.

Les bals de l’Opéra sont l’endroit où l’on s’ennuie le plus et où l’on retourne avec le plus de plaisir.

Herminie

Comment se fait-il que les enfants étant si intelligents, la plupart des hommes soient bêtes? Cela doit tenir à l’éducation.

Le passé des femmes, c’est comme les mines de charbon: il ne faut pas pénétrer trop profond, ou alors gare à l’explosion.

Laissez-les me jeter la pierre. Les tas de pierres, c’est le commencement du piédestal.

Il est permis de violer l’histoire, à condition de lui faire un enfant.

Un pays sans police est un grand navire sans boussole et sans gouvernail.

Les Mohicans de Paris

Supprimer la distance, c’est augmenter la durée du temps. Désormais, on ne vivra pas plus longtemps; seulement, on vivra plus vite.

Mes Mémoires

Rien ne réussit comme le succès.

Ange Pitou

Rien ne fait voir l’avenir couleur de rose comme de le contempler à travers un verre de chambertin.

Quand tu souffres, regarde la douleur en face: elle te consolera elle-même et t’apprendra quelque chose.

Oui! morte! Elle me résistait… je l’ai assassinée!..

Antony (1831), V, 4, Antony

Où n’atteint pas l’oeil de l’homme pénètre le regard de Dieu.

On peut oublier Dieu pendant le bonheur, mais lorsque le bonheur fait place à l’infortune, c’est toujours à Dieu qu’il faut revenir.

Exiger de la nature de ne pas être ingrate, c’est demander aux loups d’être herbivores.

Dieu, dans sa divine prevoyance, n’a pas donne de barbe aux femmes parce qu’elles n’auraient pu se taire pendant qu’on les eut rasées.

En général, on ne demande de conseils que pour ne pas les suivre ou, si on les a suivis, reprocher à quelqu’un de les avoir donnés.

Il n’y a personne de plus exact à un rendez-vous qu’une femme qu’on aime pas.

L’homme ne vit pas de ce qu’il mange mais de ce qu’il digère.

Petit Dictionnaire de Cuisine (1870)

L’homme naît sans dents, sans cheveux et sans illusions, et il meurt de même, sans cheveux, sans dents et sans illusions.

Depuis que le docteur Gistal soigne des familles entières, on a démoli l’hôpital… Et l’on a fait deux cimetières.

Les lévriers sont à la mode aujourd’hui. Le capitaine des chiens courants a le pas sur moi.

Le Vicomte de Bragelonne

Tous pour un, un pour tous.

Les Trois Mousquetaires

Napoléon 1er prenait des capitales. Napoléon 3e prend nos capitaux.

Les mamans, ça pardonne toujours; c’est venu au monde pour ça.

Les lettres anonymes ont le grand avantage qu’on n’est pas forcé d’y répondre.

Les femmes sont étonnantes: ou elles ne pensent à rien, ou elles pensent à autre chose.

Le silence est la dernière joie des malheureux.

La belle nuit pour une orgie à la Tour!

La Tour de Nesle, I, 5

Il y a des services si grands qu’on ne peut les payer que par l’ingratitude.

Mes Mémoires

Il faut se servir de ses conquêtes pour conquérir.

Napoléon Bonaparte, III, 1

En général, je ne commence un livre que lorsqu’il est écrit.

Propos d'art et de cuisine

En fumant, vous abrégez votre vie, me dit-on. Je fume depuis l’âge de dix-huit ans, j’en ai soixante-cinq, si je n’avais pas fumé, j’en aurais soixante-dix. Je serais bien avancé!

Dix contre un!.. Dix manants contre un gentilhomme, c’est cinq de trop.

La Tour de Nesle, I, 2

Dieu pêche les âmes à la ligne, Satan les pêche au filet.

Dieu est le dernier recours, et le malheureux, qui devait commencer par lui, n’arrive à lui cependant qu’après avoir épuisé toutes autres espérances.

Le comte de Monte-Cristo

C’est par les robes décolletées que s’évapore peu à peu la pudeur des femmes.

… Et, nous, enfants, à la tour de Nesle!

La Tour de Nesle, I, 4, Orsini

Les mots s’envolent, les écrits restent.

Le Vicomte de Bragelonne ou l'Homme au masque de fer (1848)

Vous savez mieux que personne, n’est-ce pas, que les bandits corses ne sont pas des voleurs, mais purement et simplement des fugitifs que quelque vendetta a exilés de leur ville ou de leur village.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846), XXXVIII. Le rendez-vous

On joue les assassins parce qu’on meurt d’envie de tuer son prochain, on joue parce qu’on est menteur de naissance.

Kean (1836)

On joue les héros parce qu’on est lâche et les saints parce qu’on est méchant.

Kean (1836)

On joue pour ne pas se connaître et parce qu’on se connaît trop.

Kean (1836)

On joue pour mentir, pour se mentir, pour être ce qu’on ne peut pas être et parce qu’on en a assez d’être ce qu’on est.

Kean (1836)

Chaque fois que je vous vois, c’est un diamant de plus que je renferme dans l’écrin de mon coeur.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Sur un mot d’elle, je trahirais mon pays, je trahirais mon roi, je trahirais mon Dieu.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Il y aura en tout temps et dans tous les pays, surtout si ces pays sont divisés de religion, des fanatiques qui ne demanderont pas mieux que de se faire martyrs.

Les Trois Mousquetaires (1844)

La vie est un chapelet de petites misères que le philosophe égrène en riant.

Les Trois Mousquetaires (1844)

En amour, nous défions le théologien le plus subtil d’établir la différence qu’il y a entre être amoureux et croire qu’on l’est.

Fernande (1844)

On garde sa force tant qu’on se contient.

Fernande (1844)

On se bat dans tous les pays du monde, mais qu’il n’y a que les Français qui se battent en riant.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846), XXXVIII. Le rendez-vous

Le peuple français est, comme on le sait, celui qui consomme le plus de pain et c’est sans doute pour cela qu’il y règne moins de maladies.

Grand dictionnaire de cuisine (1873)

Chaque homme a sa passion qui le mord au fond du coeur, comme chaque fruit son ver.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

On sait qu’il y a un dieu pour les ivrognes et les amoureux.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Il n’y a que les Français pour être tout à la fois, et selon les circonstances, les plus bavards ou les plus discrets de tous les hommes.

Pauline (1838)

Voilà tout ce que je veux entendre et savoir. Oh! oui, je t’aime, ange adoré, je t’aime avec désir, avec passion, avec frénésie. Je t’aime, et sentir ton coeur battre contre le mien, vois-tu, c’est le ciel.

Les Deux Diane (1846)

Mais le terrible des mauvaises idées, c’est que peu à peu les mauvais esprits se familiarisent avec elles.

La Tulipe noire (1850)

La musique allemande, c’est la musique des hommes : mais retenez bien ceci, la musique italienne, c’est la musique des dieux.

La Femme au collier de velours (1850)

La corde de la musique n’est pas la seule qui résonne dans le coeur des jeunes filles, il y a une autre corde bien autrement frêle, bien autrement vibrante, bien autrement mortelle : celle de l’amour !

La Femme au collier de velours (1850)

La nature humaine est ainsi faite, toujours indulgente pour soi, attendu que son indulgence c’est de l’égoïsme.

La Femme au collier de velours (1850)

Chez le joueur, un seul sentiment continue à vivre, c’est le désir et ce sentiment se nourrit et s’augmente au détriment de tous les autres.

La Femme au collier de velours (1850)

Il faut toujours que la foule, lorsqu’elle est sous l’empire d’une passion, crie vive quelqu’un ou meure quelqu’un.

La Femme au collier de velours (1850)

Ce qui est un déshonneur pour un citoyen ou pour un soldat n’a pas d’importance pour un écolier. Dans le monde, on se bat ; mais, au collège, on se tape.

Les Aventures de John Davys (1840)

Oh ! les belles et fraîches années ! comme elles passent vite, et cependant comme elles emplissent de souvenirs tout le reste de la vie !

Les Aventures de John Davys (1840)

Le marin est comme le lion qui, lorsqu’il ne caresse plus son maître, le déchire.

Les Aventures de John Davys (1840)

La première loi de la discipline est qu’un supérieur ne doit jamais avoir tort.

Les Aventures de John Davys (1840)

Il faut toute la vie d’un marin pour apprendre à lire l’écriture de Dieu dans les nuages.

Les Aventures de John Davys (1840)

Quoique la loi fût en ce cas, pour le pouvoir, ceux-là mêmes qui l’avaient exercée sentaient, au fond de leur âme, que la loi n’est pas toujours le droit.

Les Aventures de John Davys (1840)

Un crime est un crime au compte de la justice céleste, et ceux qui, à l’aide d’un déguisement, se cachent à l’investigation des hommes, n’échappent point pour cela au regard de Dieu.

Les Aventures de John Davys (1840)

Le malheur agrandit l’intelligence et élève la pensée.

Les Aventures de John Davys (1840)

On a l’âge que l’on paraît avoir.

Le Collier de la Reine (1849)

A mesure qu’on s’avance, le passé, pareil au paysage à travers lequel on marche, s’efface à mesure qu’on s’éloigne.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846), CXIII. Le passe

C’est un des orgueils de notre pauvre humanité, que chaque homme se croit plus malheureux qu’un autre qui pleure et qui gémit à côté de lui.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846), CXIII. Le passe

Fais semblant de t’estimer, et on t’estimera, axiome plus utile cent fois dans notre société que celui des Grecs: Connais-toi toi-même, remplacé de nos jours par l’art moins difficile et plus avantageux de connaitre les autres.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Le malheur ne rend pas crédule.

La Tulipe noire (1850)

On a quelquefois assez souffert pour avoir le droit de ne jamais dire: Je suis trop heureux.

La Tulipe noire (1850)

Plusieurs qualités, en physiologie, peuvent constituer une défectuosité, comme plusieurs défauts peuvent produire une sorte de beauté, celle surtout qu’on appelle la physionomie.

Ingénue (1853)

En somme, la chirurgie n’est pas destinée à faire seulement de belles opérations; que signifie le mot chirurgie? secours de la main. Que la main soit donc un secours, et le bistouri un médicament.

Ingénue (1853)

Il y a dans la vie de ces nécessités contre lesquelles il est inutile de se roidir; obéissons donc chacun de notre côté.

Une fille du régent (1845)

Les coeurs les plus purs ont parfois de ces idées honteuses.

Une fille du régent (1845)

L’amour attire l’amour.

Conscience l'innocent (1852)

Dix contre un! Dix manants contre un gentilhomme, c’est cinq de trop.

La Tour de Nesle (1832), I, 2

Le joueur est silencieux. La parole ne peut lui servir à rien, il joue, il gagne, il perd; ce n’est plus un homme: c’est une machine. Pourquoi parlerait-t-il?

La Femme au collier de velours (1850)

La passion du jeu c’est l’hystérie de l’homme.

La Femme au collier de velours (1850)

Ce qui fait la passion du jeu plus forte que toutes les autres, c’est que, ne pouvant jamais être assouvie, elle ne peut jamais être lassée. C’est une maîtresse qui se promet toujours et qui ne se donne jamais. Elle tue, mais elle ne fatigue pas.

La Femme au collier de velours (1850)

La vie de l’homme se sépare en deux phases bien distinctes: les trente-cinq premières années sont pour l’espérance; les autres sont pour le souvenir.

Conscience l'innocent (1852)

Le secours vient de l’humble, le salut vient du petit.

Conscience l'innocent (1852)

La fascination de la terre est bien autrement puissante pour le paysan que celle de l’eau ne l’est sur le pêcheur.

Conscience l'innocent (1852)

Un honnête homme n’a que sa parole, même quand cette parole n’est engagée que vis-à-vis de lui-même.

Conscience l'innocent (1852)

Dieu est l’âme universelle répandue dans la nature et dont cette âme que nous avons en nous n’est qu’un atome, une parcelle, un souffle, et qui cependant suffit pour nous animer. On ne voit pas Dieu, on le sent.

Conscience l'innocent (1852)

Pour apprendre à faire demi-tour à droite, demi-tour à gauche, et la charge en douze temps, il ne faut pas être un homme de génie comme monsieur Racine, ou un homme d’esprit comme monsieur Demoustier.

Conscience l'innocent (1852)

Un vieux proverbe gastronomique, et qui cependant est renié par les vrais gastronomes, dit que, lorsqu’il y en a pour un, il y en a pour deux.

Conscience l'innocent (1852)

On vit par l’espérance bien plus que par la réalité. Qui fait les horizons d’or et d’azur? Hélas! mon pauvre enfant, tu sauras cela un jour: c’est l’espérance!

Catherine Blum (1854)

Quand on tire à deux sur le même sanglier, et que le sanglier n’a qu’une balle, on n’est pas fâché de savoir qui l’a tué.

Catherine Blum (1854)

La jeunesse, c’est le printemps avec ses fraîches aurores et ses beaux soirs.

Les Compagnons de Jéhu (1856)

C’est avec des mots que ces beaux diseurs de phrases, ces délicieux arrangeurs de métaphores nous supplantent dans le coeur de nos filles, nous autres qui nous contentons de les aimer; c’est à cette rhétorique qu’elles nous préfèrent.

Amaury (1843)

Je suis comme une pauvre fleur enfermée dans sa serre, obligée de vivre toujours dans une atmosphère factice.

Amaury (1843)

Messieurs, messieurs, retenez bien cet axiome: «On ne vit pas de ce que l’on mange, mais de ce que l’on digère».

Ingénue (1853)

Rien ne met à l’aise le corps et l’âme comme une résolution prise, fût-elle exactement contraire à celle que l’on comptait prendre.

Le Capitaine Paul (1838)

Tout roman ne peut pas faire un drame, mais tout drame peut faire un roman.

Le Capitaine Paul (1838)

On oublie vite en France; l’absence est une maladie de langueur à laquelle les plus grands noms succombent dans un espace plus ou moins long.

Le Capitaine Paul (1838)

L’obéissance n’était dans son esprit qu’un devoir d’éducation: de sorte que le vent d’orage qui soufflait sur elle la courbait comme un lis et non comme un roseau.

Le Capitaine Paul (1838)

Quoique bien souvent j’aie vu des terres plus fertiles et un soleil plus brillant, il n’y a jamais eu pour moi qu’une terre et qu’un soleil: c’est le soleil et la terre de France!

Le Capitaine Paul (1838)

La langue française: c’est la langue des explications brèves et concises.

Le Capitaine Paul (1838)

Dieu veut ce qu’il veut, et ce qu’il fait est écrit longtemps d’avance dans sa sagesse.

Le Capitaine Paul (1838)

Il y a plus de grandeur dans la résignation qui plie que dans la philosophie qui doute. C’est une maxime de nos quakers que, pour mon bonheur éternel, j’aurais voulu avoir moins souvent à la bouche et plus souvent dans le coeur.

Le Capitaine Paul (1838)

Orgueilleux et insensé qu’il est, l’homme se croit quelque chose!

Le Capitaine Paul (1838)

J’ai été mortellement triste: rien n’est plus ennuyeux qu’un continuel étonnement.

La Princesse Flora (1863)

La mode a fait des héroïnes, même de nous autres femmes timides, et, quand tu auras mis une seule fois le pied sur un tillac, tu seras familiarisée avec la crainte, et tu te trouveras, sur l’Océan, aussi bien que dans ton salon à visites.

La Princesse Flora (1863)

Une jeune femme peut vieillir un jeune homme, tandis que, au contraire, un vin vieux peut rajeunir un vieillard.

La Princesse Flora (1863)

Mais les femmes, les femmes, non seulement c’est la tête qu’elles font tourner, non seulement ce sont les poches qu’elles vident, mais encore c’est le coeur qu’elles brûlent et qu’elles dessèchent.

La Princesse Flora (1863)

La séparation et la diète sont les deux mortels ennemis de l’amour.

La Princesse Flora (1863)

Où est le poison, la nature a voulu que l’on trouvât le contre-poison: là où est la maladie, on peut trouver le remède.

La Princesse Flora (1863)

Les sentiments ne sont pas une mode, et les plus beaux pays, les plus délicieux climats ne remplacent pas la patrie.

La Princesse Flora (1863)

La patrie, c’est la vivante portion de nous-mêmes; nous sommes son inaliénable propriété, nous lui appartenons moralement et matériellement!

La Princesse Flora (1863)

Connaissant les passions pour les avoir étudiées seulement dans les livres, il fut frappé d’amour comme on est frappé de la foudre. L’Océan avait poli, caressé, conservé son coeur virginal comme une perle précieuse.

La Princesse Flora (1863)

L’amour est le printemps du coeur, et le printemps a mille et mille fleurs.

La Princesse Flora (1863)

Nous sommes si riches d’arguments lorsqu’il s’agit de satisfaire une fantaisie!

La Princesse Flora (1863)

Les amants sont presque aussi insatiables que les conquérants, avec lesquels ils ont bien quelque ressemblance.

La Princesse Flora (1863)

Encore, encore, plus loin et davantage, telles sont les limites de la pensée humaine; limites situées au delà de la voie lactée, à l’ombre du tombeau.

La Princesse Flora (1863)

L’habitude gâte le jeune fou; la concession d’hier est un droit pour demain! Selon moi, le coeur ressemble fort au cabinet de Westminster, qui sait tout obtenir par ses importunités et ses trafics, puis met dehors ceux qui l’ont servi.

La Princesse Flora (1863)

Le bonheur est une sorte de gaz que les chimistes analyseront quelque jour.

La Princesse Flora (1863)

Les jouissances ne se comptent point; la misère et le chagrin ont seuls inventé le calcul.

La Princesse Flora (1863)

Les jours heureux s’écoulent rapides et doux. Les joies passées et les espérances futures se confondent dans le moment présent comme les baisers qu’échangent sur le seuil deux amis qui se revoient.

La Princesse Flora (1863)

Pour l’amour, un mois est un siècle de fermentation; les pensées, les désirs, les exigences errent, changent, se combattent les uns les autres.

La Princesse Flora (1863)

L’amour a la passion de l’exclusif; l’idée de la pluralité ou du partage lui est antipathique. C’est pourquoi les amoureux passent si subitement du pronom vous au pronom tu.

La Princesse Flora (1863)

Mais qu’est-ce que l’attente, sinon une sorte de folie, et qu’est-ce que la folie, sinon un excès d’espoir?

Le Vicomte de Bragelonne ou l'Homme au masque de fer (1848)

Dieu a donné à l’homme l’intelligence pour venir en aide à la pauvreté de ses sens.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

L’amour est une loterie où celui qui gagne, gagne la mort!

Les Trois Mousquetaires (1844)

Vivez donc et soyez heureux, enfants chéris de mon coeur, et n’oubliez jamais que, jusqu’au jour où Dieu daignera dévoiler l’avenir à l’homme, toute la sagesse humaine sera dans ces deux mots: Attendre et espérer !

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Il n’y a d’amitié qu’entre égaux.

Kean (1836)

Buckingham laisse tomber un diamant magnifique à la place même où Anne d’Autriche lui avait avoué qu’elle l’aimait. Il voulait qu’un autre fût heureux là où il l’avait été lui-même.

Impressions de voyage (1835-1859)

Il y a quelque chose de plus lâche qu’un homme qui refuse de se battre, c’est un homme qui s’attaque à une femme qui ne peut pas lui répondre.

Kean (1836)

Toute vengeance est permise du moment où elle atteint le coupable.

Kean (1836)

En amour, qui doute accuse.

Kean (1836), V, 6

Il n’y a pas de mal tant qu’on ne dit que du bien de soi.

Kean (1836), III, 10

Je veux être un savant et un philosophe. Or, la science ordonne l’isolement de l’esprit, et la philosophie celle du corps.

Joseph Balsamo (1846)

Je t’aime comme on aime son père, son frère, son mari! Je t’aime comme on aime sa vie, comme on aime son Dieu, car tu es pour moi le plus beau, le meilleur et le plus grand des êtres créés!

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Il se demandait si Dieu était bien juste d’envoyer tant de maux à deux créatures innocentes. Et certainement dans ces moments-là, il doutait. Le malheur ne rend pas crédule.

La Tulipe noire (1850)

Il faut le malheur pour creuser certaines mines mystérieuses cachées dans l’intelligence humaine.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Mon père est fier, monsieur, et, eût-il manqué de tout, je doute qu’il eût demandé quelque chose à qui que ce soit au monde, excepté à Dieu.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Chose étrange ! a continué le roi avec un mouvement d’humeur, la police croit avoir tout dit lorsqu’elle a dit : un meurtre a été commis, et tout fait lorsqu’elle a ajouté : on est sur la trace des coupables.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Le jeune mousquetaire était en excellente disposition pour trépasser héroïquement.

Vingt ans après (1845)

Où le fer doit parler, la langue doit se taire.

Le Gentilhomme de la Montagne (1855)

Les méchants n’ont pas besoin de raison pour haïr. Leur méchanceté suffit.

Dieu dispose (1850)

Les plaisirs de l’amour-propre ne cicatrisent pas pour longtemps les blessures du coeur !

Richard Darlington (1831)

On dit la vérité gratis, on ment pour de l’argent.

Les Trois Mousquetaires (1844)

Ils aimeraient mieux mourir sur la place que de faire un pas en arrière… Se sauver, détaler, fuir, c’est bon pour les mousquetaires du roi, cela !

Vingt ans après (1845)

Je suis plus sûr d’un complice que d’un ami.

Le comte Hermann (1849), III, 11

Ma lettre de recommandation ! s’écriait d’Artagnan, ma lettre de recommandation, sangdieu ! ou je vous embroche tous comme des ortolans !

Les Trois Mousquetaires (1844)

Quand notre monde sera rendu maître de toutes les forces destructives de la nature pour les faire servir au bien être général de l’humanité…

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Corneille cultivait peu les tulipes et ne s’occupait guère que de l’homme, mauvaise plante bien moins agréable à voir et surtout bien plus difficile à faire fleurir.

La Tulipe noire (1850)

Ce sont les illusions qui rendent les douleurs amères et inguérissables.

Pauline (1838)

En politique, mon cher, vous le savez comme moi, il n’y a pas d’hommes, mais des idées pas de sentiments, mais des intérêts en politique, on ne tue pas un homme : on supprime un obstacle, voilà tout.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Il emportait dans la vie privée ses ennuis et ses blessures, seuls profits qui reviennent en général aux honnêtes gens coupables d’avoir travaillé pour leur patrie en s’oubliant eux-mêmes.

La Tulipe noire (1850)

La joie fait quelquefois un effet étrange, elle oppresse comme la douleur.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Oui, je l’ai insulté mais je voulais me battre avec lui, et quand on veut se battre avec les gens il faut bien les insulter.

Gabriel Lambert, ou Le Bagnard de l'Opéra (1844)

La maman crie d’abord… puis elle pleure, puis elle sanglote… puis elle pardonne… Les mamans, ça pardonne toujours… c’est venu au monde pour ça.

Louise Bernard (1843), II, 5

Vous vous rappelez le mot de François Ier : Une cour sans dames c’est une année sans printemps ou un printemps sans fleurs.

Ascanio ou l'Orfèvre du roi (1843)

Les vastes horizons, la mer infinie, les montagnes gigantesques, surtout lorsque tout cela est baigné de l’air pur et doré du Midi, tout cela vous mène droit à la contemplation, et rien mieux que la contemplation ne vous éloigne du travail.

Gabriel Lambert, ou Le Bagnard de l'Opéra (1844)

Jusqu’au jour où Dieu daignera dévoiler l’avenir à l’homme, toute la sagesse humaine sera dans ces deux mots : Attendre et espérer !

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Cet homme a donc une lueur de pitié dans son âme ; de cette lueur je ferai un incendie qui le dévorera.

Vingt ans après (1845)

D’Artagnan admira à quels fils fragiles et inconnus sont parfois suspendues les destinées d’un peuple et la vie des hommes.

Vingt ans après (1845)

Sans remords dans le passé, confiant dans le présent et plein d’espérance dans l’avenir, il se coucha et s’endormit du sommeil du brave.

Vingt ans après (1845)

Je vous ai fait apprendre à manier l’épée ; vous avez un jarret de fer, un poignet d’acier ; battez-vous à tout propos ; battez-vous d’autant plus que les duels sont défendus, et que, par conséquent, il y a deux fois du courage à se battre.

Vingt ans après (1845)

Maintenant que je t’ai arraché les dents, vipère, mords si tu peux.

Vingt ans après (1845)

Et le drapeau, morbleu ! Il ne faut pas laisser un drapeau aux mains de l’ennemi, même quand ce drapeau ne serait qu’une serviette.

Vingt ans après (1845)

Qui ne sait pas mentir ne sait pas agir.

Le Chevalier d'Harmental (1842)

La mort est, selon le soin que nous prenons de nous mettre bien ou mal avec elle, ou une amie qui nous berce aussi doucement qu’une nourrice, ou une ennemie qui nous arrache violemment l’âme du corps.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

On ne vit pas de ce que l’on mange, mais de ce que l’on digère.

Grand dictionnaire de cuisine (1873)

L’amour, lui aussi, est un despote et un faiseur de conquêtes il étouffe et enchaîne tous les autres sentiments.

Jane (1859)

Vous n’avez pas idée comme vous avez le regard faux, monsieur. Regardez un peu mes yeux, et vous verrez une chose que votre miroir ne vous montrera jamais, c’est-à-dire un regard loyal et franc.

Vingt ans après (1845)

Nul n’est friand des loges qui ne coûtent rien comme un millionnaire.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Quand on veut obtenir quelque chose de l’amour-propre d’un homme, il faut sauver à l’amour-propre de cet homme jusqu’à l’apparence de la souffrance.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Les coeurs les plus corrompus ne peuvent croire au mal qu’en le faisant reposer sur un intérêt quelconque : le mal inutile et sans cause répugne comme une anomalie.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Il est des gens qui ne se vendent pas ; il y a des coeurs qu’un roi même n’est pas assez riche pour acheter.

Les Quarante-cinq (1847)

Quand Dieu est sourd, le diable ne l’est pas.

Les Quarante-cinq (1847)

Avoir de l’ordre !… c’est cela, et le génie, qu’est-ce qu’il deviendra pendant que j’aurai de l’ordre ?

Kean (1836), IV, 2

Il y a quelque chose du printemps dans l’automne, et les derniers parfums de l’année ressemblent parfois à ses premières émanations.

Pauline (1838)

On ne s’occupe pas assez, chez nous, de la dernière demeure de ceux qu’on aime : on pare leur lit d’un jour, et on oublie leur couche de l’éternité.

Pauline (1838)

Le compagnon inséparable du génie et de la gloire, c’est le malheur.

La Femme au collier de velours (1850)

L’avenir ! hou ! les jolis mots que les mots qui promettent et comme ils remplissent bien la bouche à défaut d’autre chose !

Le Vicomte de Bragelonne ou l'Homme au masque de fer (1848)

Je la ferai parler. Oui, c’est le moyen de tout apprendre. Ce serait bien le diable si je ne parvenais pas à faire parler une femme !

Dieu dispose

Les évènements inattendus acquièrent ou perdent de leur gravité selon les dispositions d’esprit tristes ou gaies, ou selon les circonstances plus ou moins critiques dans lesquelles on se trouve.

Pauline (1838)

Personne n’ignore par expérience que le danger inconnu est mille fois plus saisissant et plus terrible que le péril visible et matérialisé.

Pauline (1838)

Le ridicule en France tache un nom plus cruellement que ne le fait la boue ou le sang.

Pauline (1838)

Je préfère vos larmes à votre sourire ; Les larmes sont confiantes, et le sourire est dissimulé ; Le sourire, c’est le voile sous lequel le coeur se cache pour mentir.

Pauline (1838)

On joue parce qu’on aime la vérité et parce qu’on la déteste. On joue parce qu’on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu’il y a un moment où je cesse de jouer ?

Kean (1836)

La civilisation nous a donné des besoins, des vices, des appétits factices qui ont parfois l’influence de nous faire étouffer nos bons instincts et qui nous conduisent au mal.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Une maîtresse, cela se quitte ; mais une femme, peste ! c’est autre chose, cela se garde éternellement, de près ou de loin c’est-à-dire.

Le comte de Monte-Cristo (1845-1846)

Les mamans, ça pardonne toujours… c’est venu au monde pour ça.

Louise Bernard (1843)

Les grands criminels portent avec eux une espèce de prédestination qui leur fait surmonter tous les obstacles, qui les fait échapper à tous les dangers, jusqu’au moment que la Providence, lassée, a marqué pour l’écueil de leur fortune impie.

Les Trois Mousquetaires (1844), LXI

En général, on ne demande de conseils, disait-il, que pour ne pas les suivre ; ou, si on les a suivis, que pour avoir quelqu’un à qui l’on puisse faire le reproche de les avoir donnés.

Les Trois Mousquetaires (1844)

L’amitié, voyez-vous, c’est une étoile, tandis que l’amour… l’amour… eh bien, je la tiens, la comparaison… l’amour n’est qu’une bougie.

La Reine Margot (1845)

L’Ecriture nous apprend : il y a trois choses qui ne laissent pas de traces : l’oiseau dans l’air, le poisson dans l’eau, et la femme…

La Reine Margot (1845)

L’amour est doux seulement dans les chansons ; mais, en réalité, son commencement est la crainte, son milieu, le péché, et sa fin le repentir.

La Boule de neige (1863)

Caresse les femmes, mais ne les aime pas, si tu ne veux point devenir leur esclave.

La Boule de neige (1863)

La plus belle rose dure un jour, la plus petite épine dure toute la vie.

La Boule de neige (1863)

La supériorité morale n’était rien sans la supériorité physique ; il fallait l’une pour faire respecter l’autre, et la réunion de ces deux qualités faisait seule un homme complet.

Georges (1843)

Si faible que soit un ennemi, on hésite à engager la lutte avec lui quand on le sait déterminé.

Georges (1843)

Un pareil soupçon ne laisse aucun moyen de refus ; en amour, qui doute accuse.

Kean (1836)

Bis repetita placent, à plus forte raison, ter.

La Dame de Monsoreau (1846)

On tombe toujours du côté où l’on penche.

Mes Mémoires (1863), XX

M. le comte du Lude dit tout haut : Un navire qui est à l’ancre n’a pas besoin de voile.

Louis XIV et son siècle (1844)

Or, si l’habit ne fait pas le moine, l’habitation fait l’habitant.

Les Mohicans de Paris (1854-1855)

Il faut, mon cher, quand la pièce est finie, S’en retourner en bonne compagnie.

Le Chevalier de Maison-Rouge (1845-1846)