Acceuil / Citation

Citations de : Alekseï Maksimovitch Pechkov, dit Maxime Gorki

J’ai une place. Je suis chasseur dans une cordonnerie de luxe, dans la principale rue de la ville.

En gagnant mon pain (1915-1916)

Si tu crois en lui, il existe si tu n’y crois pas, il n’existe pas. Rien n’existe si on n’y croit pas.

Dans les Bas-Fonds (1902)

Ce n’est pas que je me repente… La conscience, je n’y crois pas. Seulement, je sens qu’il faudrait vivre… autrement ! Il faut vivre mieux que ça pour pouvoir s’estimer soi-même.

Dans les Bas-Fonds (1902)

Satine : Dis-moi, mage favori des dieux, que me réserve l’avenir ? Je me suis fait nettoyer à fond ! Tout n’est pas perdu, grand-père : il y a encore sur terre des tricheurs plus habiles que moi !

Dans les Bas-Fonds (1902)

Ce n’est pas le mot qui importe, c’est le pourquoi du mot !

Dans les Bas-Fonds (1902)

«La morale des seigneurs» m’était aussi odieuse que «la morale des esclaves», une troisième morale s’échafaudait en moi : «aide celui qui se relève».

Le Métier des lettres, Causerie sur le métier

Ainsi donc à la question : «Pourqui me suis-je mis à écrire ?», je réponds : à cause de la «pauvreté accablante de ma vie» qui faisait pression sur moi ; et aussi parce que j’avais tant d’impressions diverses que «je ne pouvais pas ne pas écrire».

Le Métier des lettres, Comment j'ai appris à écrire

Ce n’est pas seulement parce que la couche de boue bestiale est si grasse et si fertile chez nous que notre vie est singulière, mais parce que des choses pures, saines et fécondes arrivent à se frayer victorieusement une voie à travers ces obstacles.

Ma vie d'enfant (1913)

En Russie, il y a beaucoup d’écorces, de coquilles ; on croit voir un homme et, quand on regarde de près, on s’aperçoit qu’il n’en a plus que le dehors, le noyau manque, on l’a rongé.

Ma vie d'enfant (1913)

Chaque homme qui lutte avec la vie, qui est vaincu par elle et prisonnier de sa boue, est plus un philosophe que Schopenhauer, parce que jamais une idée abstraite ne prendra une forme aussi précise et imagée que tire d’un cerveau la souffrance.

Les Vagabonds, Konovalov

Celui qui n’a jamais rien eu de bon dans la vie ne fera de tort à personne s’il invente une histoire et puis la raconte comme si elle était vraie. Il raconte et finit par y croire lui-même et cela lui est doux.

Les Vagabonds, Konovalov

La sagesse de la vie est toujours plus profonde que la sagesse des hommes.

Les Vagabonds, Mon compagnon

Qui suis-je ? Un être humain. Et l’autre, qui est-il ? Un être humain aussi. Alors quoi ? Dieu exigerait-il de lui ou de moi un impôt différent ? Non, nous sommes tous égaux devant Dieu… Il faut que nous soyons égaux dans la vie.

En gagnant mon pain (1915-1916)

On a beau se démener, on peut espérer ce qu’on veut, mais personne n’échappera au linceul et à la tombe !

En gagnant mon pain (1915-1916)

La lecture empêche les querelles et le bruit ; c’est une bonne chose.

En gagnant mon pain (1915-1916)

L’argent, ce n’est pas comme les gens, il n’y en a jamais de trop.

En gagnant mon pain (1915-1916)

Lorsque Dieu nous envoie sur la terre, nous sommes de stupides enfants, il veut que nous en revenions vieillards instruits, donc il faut apprendre !

En gagnant mon pain (1915-1916)

Le travail de l’esprit, pendant l’enfance, creuse dans l’âme des plaies si profondes que, parfois, elles ne peuvent plus se fermer.

En gagnant mon pain (1915-1916)

La femme, c’est une force ; elle a trompé Dieu Lui-même, oui, parfaitement ! C’est à cause d’Eve que tout le monde s’en va en enfer, oui, parfaitement !

En gagnant mon pain (1915-1916)

Quand le travail est un plaisir, la vie est belle! Mais quand il vous est imposé, la vie est un esclavage.

Dans les Bas-Fonds (1902)

Un homme sans défauts a au moins une qualité: celle d’être bien défini.

Les Barbares (1898)

Pour un artiste, la liberté est aussi indispensable que le talent et l’intelligence.

Les parents se traitent entre eux beaucoup plus mal que les étrangers: ils se connaissent mieux.

En gagnant son pain

Les gens ne cessent de chercher, ils veulent toujours trouver mieux.

Les écrivains font des châteaux en Espagne, les lecteurs y vivent, et les éditeurs touchent les loyers.

Le mensonge est la religion des esclaves et des patrons.

Dans les Bas-Fonds (1902), IV, I, Satine

Le carrosse du passé ne nous conduit nulle part.

Dans les Bas-Fonds (1902)

La recherche de Dieu est un exercice inutile: à rien ne sert de chercher où il n’y a pas. On ne récolte pas sans avoir semé. Dieu n’existe pas, vous ne l’avez pas encore créé.

La mémoire, ce fléau des malheureux.

La connaissance est toujours un butin.

Ma vie d'enfant (1913)

Le cerveau russe est humide, il ne flambe pas du feu de l’intelligence, et quand tombe en lui l’étincelle du savoir, il fume et s’éteint.

Les Ennemis (1971)

Un homme gai est toujours un homme aimable. Les salauds sont rarement gais.

Les Petits Bourgeois (1902)

L’homme! C’est magnifique! Cela sonne… fier! L’homme! Il faut respecter l’homme! Ne pas en avoir pitié… ne pas l’abaisser par la pitié… il faut le respecter!

Dans les Bas-Fonds (1902)

Lioudmilla: Toutes les personnes intelligentes sont désagréables! – Vassa: Vraiment? Et moi, à ton avis, je suis une imbécile? – Lioudmilla: Toi, tu n’es ni une imbécile, ni une personne intelligente, tu es simplement une femme.

Vassa Geleznova

Rachel: A vous écouter, on se dit qu’il existe un type humain: le criminel. – Vassa: Tout existe! Tu ne pourras jamais rien inventer de pire que ce qui existe déjà.

Vassa Geleznova

Sais-tu ce que c’est qu’une belle-mère? La souche de toute la famille. Mes enfants sont mes mains, mes petits-enfants mes doigts.

Vassa Geleznova

Ne rien vouloir, c’est déjà une volonté.

Vassa Geleznova

Les méchants ne savent pas ce qu’est l’ennui.

Vassa Geleznova

La sagesse de la vie est toujours plus profonde et plus large que la sagesse des hommes.

Les Vagabonds, Mon compagnon

Parfois le mensonge explique mieux que la vérité ce qui se passe dans l’âme.

Les Vagabonds, Konovalov

Il est toujours désagréable de voir qu’un individu que nous considérons comme inférieur, aime ou déteste les mêmes choses que nous et que, par cela même, il devient pareil à nous.

Est-ce que Dieu existe? Si tu crois en lui, il existe; si tu n’y crois pas, il n’existe pas.

En politique, j’apprécie les prolétaires; en amour, les princesses russes.

Propos intempestifs

Et s’il faut parler de choses «sacrées», seuls le mécontentement que l’homme éprouve de lui-même et son inspiration à s’améliorer me sont sacrés.

Le Métier des lettres, Comment j'ai appris à écrire

Quel beau métier que d’être un homme sur la terre.

La Naissance de l'homme

Celui qui est né pour ramper ne saurait voler.

Le Chant du faucon