Acceuil / Citation

Citations de : Achille Chavée

Je suis un vieux peau-rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne.

Décoctions II (1974)

C’est peut-être parce que tu as volé que tu fermes ta porte à clé.

Décoctions II (1974)

Il faut savoir choisir ses ennemis en toute humanité.

Décoctions II (1974)

Une dynastie est une collection de cadavres numérotés.

Décoctions II (1974)

A beau chameau, vaste désert.

Décoctions II (1974)

Quand on sort d’un pénitencier on se réfugie plus volontiers dans un bordel que dans une cathédrale.

Décoctions II (1974)

On découvre aisément en Dieu des signes graves d’anthropomorphisme.

Petit traité d'agnosticisme (1973)

Il existe des despotes de la démocratie.

Décoctions II (1974)

Tout croyant se masturbe dans sa propre sacristie.

Décoctions II (1974)

Usez de l’aphorisme comme d’un dentifrice.

Décoctions II (1974)

On peut se découvrir comme on trouve un objet perdu.

Décoctions II (1974)

Dans le plus petit village existe le sentier des amoureux.

Décoctions II (1974)

On devient fatalement gaucher quand on a perdu la main droite.

Décoctions II (1974)

On est parfois prisonnier d’une parole qu’on n’a jamais donnée.

Décoctions II (1974)

Quand l’oiseau du futur replie ses ailes, nous tombons dans l’abîme.

Décoctions II (1974)

C’est très beau mais c’est très triste une mouche verte tombée dans un encrier d’encre rouge.

Décoctions II (1974)

L’imprévisible n’est jamais que l’arrière petit-fils du prévisible.

Décoctions II (1974)

Il est contre-indiqué d’uriner contre le vent.

Décoctions II (1974)

Il existe une manière de dire en bien énormément de mal de son prochain.

Décoctions II (1974)

Quand Dieu fait un calembour, il peut durer toute la vie d’un prophète, d’un poète, d’un martyr ou d’un saint.

Petit traité d'agnosticisme dans The Daily Bull.

Il ne faut pas toujours tourner la page, il faut parfois la déchirer.

Aphorisme dans Littérature de la langue française hors de France.

Je suis un Peau-Rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne.

On est toujours prisonnier de son dernier mouvement d’enthousiasme.

Dans Littérature de langue française hors de France.