Acceuil / Citation

Citations de : Abel Castel

La vieillesse est un naufrage… C’est surtout une inondation.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Terminus. A bout de faiblesse, parvenus à destination, les vieux auraient bien voulu descendre. On ne leur en a pas laissé le temps ! Que faire à présent qu’on a dépassé la Mort ?

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

A l’hospice, nécessairement, le vieillard est sous protection. Il n’a pas même sa caisse, comme le chat. Il n’a plus d’existence propre.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Le devoir conjugal, il le revendique comme un droit, le mari, accroché désespérément à son petit privilège. Mais jour après jour, nuit après nuit – inéluctablement -, l’épouse remplace le devoir par la leçon.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

L’homme : le complément familial.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Elle tient plus à son couple qu’à son mari.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Désertion conjugale. Cela fera bientôt dix ans que mon épouse ne se présente plus au rapport.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Le sourire est de rigueur… On l’aimerait mieux d’indulgence.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Il laisse un grand vide derrière lui : sa veuve.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Le rire : un réflexe. Le sourire : une réflexion.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Quand elle m’a murmuré : Moi aussi, je t’aime, bien sûr, je ne l’ai pas crue. Une coïncidence comme celle-là, ça n’arrive qu’une fois par siècle !

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Main verte. Madame, il y a la cour et le jardin. La cour, nous vous l’avons faite…

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Elle m’a ouvert son coeur fébrilement, précipitamment, sans même prendre le temps de dégrafer son corsage.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Ils ont bien de la chance, les enfants : ils plaisent aux femmes.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Le vieux, il prend ses souvenirs pour des réalités.

Pensées éparses d' un rabat joie (2014)

Je n’imagine pas la vie sans elle… Il est vrai que je n’ai guère d’imagination.

Pensées éparses d' un rabat joie (2014)

Un touriste japonais qui pose en souriant devant la tour Eiffel, ça, c’est un cliché !

Pensées éparses d' un rabat joie (2014)

En dehors des murs du couvent, toutes les mères sont supérieures.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Si elle ne m’avait pas, je ne sais pas ce que je deviendrais.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

L’air de rien, insensiblement, elle engageait la conversation. J’ai coupé court avant qu’on en vienne aux mots !

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Puissions-nous faire l’amour comme la guerre : après l’avoir déclaré !

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Beaucoup de bruit pour rien : la fête bat son vide.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Au fond, je reste un coureur de formes – de pures formes -, parmi des coureurs de fond qui courent pour la forme.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Les poupées gonflables sont encore celles qui se dégonflent le moins.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Perte de connaissances. La faculté vient de perdre son doyen, qui, lui-même, n’avait plus toutes ses facultés.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Elle peut encore plaire à son âge. Mais c’est à un autre âge qu’elle voudrait plaire.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Je ne suis pas d’humour à plaisanter.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

J’aime bien aller contre les idées reçues pour m’y blottir.

Pensées éparses d' un rabat joie (2014)

Si on s’écoutait… on ne s’entendrait plus.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

On dit qu’il est des pays merveilleux où l’on torture les gens pour les faire parler… Ici, on les tuerait plutôt, pour ne plus les entendre.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

S’il m’arrive, exceptionnellement, de placer un mot en société, c’est au scrabble que je le dois.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Evitez de commencer une phrase par : Si vous voulez mon avis… Vous risquez fort de ne pas la finir.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Elle a rompu bien plus vite qu’elle n’avait cédé.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Comme beaucoup de femmes conjuguées, elle ne s’impliquait guère dans l’acte sexuel : elle faisait ça vaginalement.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Certes, l’homme a vécu dans le péché, mais ça fait longtemps qu’il est descendu de l’arbre.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Tragique méprise. Prenez garde, douces dames, à ne pas confondre le bellâtre avec l’homme au foyer.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Quand ce fut mon tour, aux Alcooliques Anonymes, ils m’ont dit : Vous aussi, vous êtes alcoolique ? J’ai répondu : Non ! Moi aussi, je suis anonyme.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Des hommes on peut tout obtenir, mais on ne doit rien attendre.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

A mon père je dois d’avoir connu ma mère.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Je leur ai demandé mon chemin. Ils m’ont indiqué le leur.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Reprenez-moi si je vous trompe !

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Je voulais collectionner les dames. Je collectionne les échecs.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Pauvre Prince Charmant ! Après le surgelé (la Belle au bois dormant), les conserves : les filles en boîte.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Le bonheur, ce n’est pas à emporter – ça ne se conserve pas -, c’est à consommer sur place.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

L’homme : un incident qui se reproduit.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Sur le fond, madame, tout nous sépare. Mais je vous rejoins sur la forme.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

A la fin, ne pouvant plus se retenir, on finit par s’oublier.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Elle aura bientôt enterré toute sa vie dans ses trous de mémoire.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Ma vie est un no woman’s land.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Je suis tombé en admiration derrière elles.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Je me fais vieux : je me raconte, je me répands, j’évioque.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Mon heure a sonné : je vais lui ouvrir.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Elle m’a dit : Monsieur, je ne vous retiens pas ! Et elle m’a oublié.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Le père, quand il n’était pas dans son assiette, c’est qu’il était dans son verre.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Le mariage : vivre d’amour et d’eau courante.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

Nationale 7 : Depuis qu’ils ont fait l’autoroute, on ne traverse plus le Bonheur.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

J’ai enfin rencontré le Bonheur ! Il n’a pas eu l’air heureux de me voir…

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)

J’ai une haute opinion de moi et le courage de mes opinions.

Pensées éparses d'un rabat joie (2014)