Acceuil / Citation

Citations de : abbé Jean-Jacques Barthélemy

Notre vie, disait un disciple de Platon, est tout à la fois une comédie et une tragédie.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

La vie, disait Socrate, ne doit être que la méditation de la mort.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

La vie, disait Pindare, n’est que le rêve d’une ombre.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

L’indulgence pour le vice est une conspiration contre la vertu.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Platon compare l’or et la vertu à deux poids qu’on met dans une balance, et dont l’un ne peut monter sans que l’autre baisse.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

La vérité, pour être admise parmi les hommes, ne doit pas se présenter à visage découvert, mais se glisser furtivement à la suite de l’erreur.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Chaque siècle porte en quelque manière dans son sein le siècle qui va suivre.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Aux yeux de la nature rien n’est beau, rien n’est laid, tout est dans l’ordre.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Les louanges sont le prix des belles actions : à leur douce rosée, les vertus croissent, comme les plantes à la rosée du ciel.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

La loi est comme un palmier qui nourrit également de son fruit tous ceux qui se reposent sous son ombre.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Il vaut mieux risquer d’absoudre un criminel que de condamner un innocent. Dans le premier cas, le jugement est une erreur ; dans le second, c’est un crime.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Il faut que l’historien soit impassible comme la justice dont il doit soutenir les droits, et sincère comme la vérité dont il prétend être l’organe.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Pour soutenir les moeurs, il faut des exemples, et ces exemples doivent émaner de ceux qui sont à la tête du gouvernement.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

La défiance serait regardée comme un vice énorme, si l’expérience de tant de perfidies n’en avait presque fait une vertu.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

La cruauté croît à raison de la faiblesse.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Dès que la confiance est entamée, elle est bientôt détruite.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Il faut avoir de nos amis, pendant leur vie, l’idée que nous en aurions si nous venions à les perdre.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Quand je suis avec mon ami, je ne suis pas seul, et nous ne sommes pas deux.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Les mauvaises actions sont immortalisées pour en produire de bonnes, et les bonnes pour en produire de meilleures.

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire (1788)

Il a la politesse du coeur, bien supérieure à celle des manières.

Voyage du j. Anacharsis en Grèce